L' Abbesse de Guérande

L' Abbesse de Guérande

Icon Baobab App

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    illimitée

  • Nombre de prêts :

    20 (0.52 € par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    20

  • Durée maximale d'un prêt :

    2 Mois

  • Renouvellement :

    1

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

En savoir plus

À propos

Charles Le Goffic, partant d'une courte nouvelle Jennie Le Huédé qu'il a fait paraître au tome III de « l'Âme bretonne », construit un remarquable roman régionaliste qui, en premier lieu, lui permet une brillante évocation historique du Pays Blanc, - le pays de Guérande et des marais salants. Mais c'est aussi l'occasion de mettre en scène une sombre histoire d'amour, qui s'imbrique entre religion et traditions aristocratiques, dans le droit fil du roman de Balzac : Béatrix. Mais le personnage central du roman, Mme de Sonil, se trouve y camper, en quelque sorte, une précurseuse bretonne de la fameuse Folcoche de Bazin... Avant-propos de Jean André Le Gall, auteur de la biographie de Charles Le Goffic.
Connu et reconnu pour ces recueils de contes traditionnels et de romans régionalistes, Charles Le Goffic (1863-1932) a su prouver un incomparable talent de « metteur en scène » de la Bretagne éternelle. Il est élu à l'Académie française en 1930.



  • EAN

    3612225355420

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Poids

    3 563 Ko

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

Charles Le Goffic

Charles Le Goffic est né en 1863 à Lannion où il est mort en 1932. Il fut un poète, un romancier et un critique littéraire français dont l'oeuvre tout entière célèbre la Bretagne. Charles Le Goffi c fut enseignant. Bien que républicain convaincu, son régionalisme militant et ses idéaux traditionalistes lui font côtoyer les tenants de la restauration monarchique. Il parlait parfaitement le breton, mais il fi t le choix de ne pas utiliser sa langue à l'écrit. En 1895, il a introduit en Bretagne la grande cornemuse écossaise, connue aujourd'hui sous le nom de « biniou bras ». Il est élu membre de l'Académie française en 1930, au 12e fauteuil.

empty