Filles du djihad

Les mots clés

Asie

Filles du djihad

Icon Baobab App

À propos

Ce roman donne à comprendre les rouages de la radicalisation, du recrutement et du basculement dans l'extrémisme dans une langue simple, imagée, pleine d'esprit et d'humour – aussi surprenant que cela puisse paraître étant donné la gravité du sujet. Il permet également – chose rare – d'aborder le mal-être des musulmans pratiquants en Europe, face à une société sécularisée. Deux adolescentes, dans une banlieue du nord de l'Angleterre. L'une, Ameena, est délurée, fume des cigarettes et sort avec des garçons, tandis que l'autre, Jamilla, est une fille réservée, musulmane pratiquante, portant le hijab et obéissant à l'autorité paternelle. Une rupture amoureuse laisse Ameena totalement désemparée. Elle se rapproche alors de Jamilla et commence à s'intéresser aux enseignements de la religion. Elles passent toutes deux de plus en plus de temps à la mosquée ; enfermées chez elles, elles regardent des vidéos de prêche sur Youtube et discutent via Internet avec des femmes prônant le djihad. L'une d'elles, Heijye, femme charismatique se disant à la tête d'un orphelinat syrien réservé aux enfants des combattants de Daesh, les convainc de partir pour la rejoindre. À leur arrivée en Syrie, via Istanbul, elles rejoignent l'institution dirigée par Heijye, une vaste bâtisse située à quelques kilomètres d'une ville tenue par Daesh. Bientôt, Ameena est mariée à un djihadiste qu'elle suit dans ses divers déplacements, tandis que Jamilla reste à l'orphelinat où elle mesure peu à peu l'impasse terrible dans laquelle elle se trouve, privée de liberté et confrontée à un monde terriblement plus cruel et hypocrite que celui qu'elle a quitté. Se met alors en place un huis-clos éprouvant, glaçant. Jusqu'au terrible dénouement. Dans ce livre, Tabish Khair déploie avec virtuosité une véritable intensité dramatique, dans une construction originale – la confession de Jamilla à un écrivain qu'elle rencontre à Bali –, laissant à intervalles réguliers le lecteur entrevoir l'issue tragique. Ce roman donne à comprendre les rouages de la radicalisation, du recrutement et du basculement dans l'extrémisme (notamment via les réseaux sociaux) dans une langue simple, imagée, pleine d'esprit et d'humour – aussi surprenant que cela puisse paraître étant donné la gravité du sujet. Il permet également – chose rare – d'aborder le mal-être des musulmans pratiquants en Europe, face à une société sécularisée.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    2190 Jours

  • Nombre de prêts :

    30 (0.63 € par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    10

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

  • Renouvellement :

    1

Streaming

  • Type d'accès :

    In-Situ

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    30

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

  • EAN

    9782373851182

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    191 Pages

  • Poids

    2 969 Ko

  • Distributeur

    Volumen

  • Support principal

    ebook (ePub)

Tabish Khair

Poète, romancier, journaliste, critique littéraire, Tabish Khair est professeur de littérature à l'université d'Aarhus, au Danemark. Né à Gaya, dans le Bihar, en 1966, il a publié son premier recueil de poèmes, Where Parallel Lines Meet, en 2000 chez Penguin. Apaiser la poussière, publié par Picador en 2004, est son premier roman. Il fut sélectionné pour le Encore Award, prix décerné par la Société britannique des Auteurs. Le deuxième, intitulé Filming: A Love Story, a paru chez le même éditeur en 2007. Harper Collins publiera à l'été 2010 son prochain recueil de poèmes, Man of Glass, ainsi que son troisième roman, The Thing about Thugs, qui se situe dans le Londres victorien.ÿIl collabore régulièrement à divers journaux et magazines britanniques, américains, indiens, danois... tels The Guardian, Outlook India, Times of India, The Independent, The Wall Street Journal, etc.

empty