Istesso Tempo

  • Nous marcherons pieds nus sur la lune, Quelques jours de la vie de Tobias Hume

    Eric Fischer

    Parution : 3 Mai 2011 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Capitaine Tobias HUME : mercenaire écossais, compositeur dilettante, virtuose de la viole de gambe, méprisé de son vivant et ignoré par la suite des encyclopédies musicales, personnage haut en couleurs ayant pour beaucoup, par ses propos, attitudes et écrits outranciers, franchi les frontières de l'équilibre mental.
    « Nous marcherons pieds nus sur la lune » retrace le temps de latence du capitaine Hume à Riga début octobre 1605, entre la bataille de Kirkholm et son retour à Londres.
    Si l'on envisage d'une part la profondeur et d'autre part l'humour (nous dirions aujourd'hui la distanciation) dans l'oeuvre de Tobias Hume, nous pouvons aisément estimer que la musique accompagne chaque instant de sa vie et transfigure même les choses & épisodes les plus terribles.
    "À flou, les mots nous ressemblent parfois
    Comme bateaux échoués en plein champ
    Je leur préfère mes notes "
    Pendant ces quelques jours, peut-être quelques semaines, s'il parle beaucoup de bravoure, de batailles et de femmes, une seule chose l'occupe vraiment : la musique.
    Eric FISCHER est compositeur de musique, (de la pièce pour instrument seul à la forme symphonique, musique de chambre, dispositif électronique, oeuvres vocales, musiques de scène, musique improvisée & instruments anciens.)
    Cofondateur du « Collectif de la dernière tangente » avec le plasticien Bernard Garo (Ch.) & le comédien François Chattot.
    Directeur de la collection « MAIA » (Musique d'Aujourd'hui sur Instruments Anciens) aux Éditions François Dhalmann.
    En parallèle à l'écriture de notes, il a toujours « composé » des mots, disant avec les uns ce que les autres ne peuvent exprimer et réciproquement .

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le crin et le fusain

    Bruno Giner

    Parution : 27 Mars 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    A l'occasion du premier festival de Prades en 1950, le peintre Balbino Giner García (le grand-père de l'auteur) a réalisé environ 150 portraits de Pablo Casals et de divers membres de l'orchestre.
    « Ils ne se connaissaient pas. Pas encore en tout cas et sans l'amertume d'un exil forcé au nord des Pyrénées, sans l'entremise de quelque relation féminine commune, ils ne se seraient peut-être et sûrement jamais rencontrés. C'est dans le petit restaurant du village qu'il lui a demandé de faire son portrait. Celui des musiciens de l'orchestre aussi. Le matin de son rendez-vous avec Casals, mon grand-père se rendit à Prades en autobus. Il n'avait jamais passé son permis de conduire et avait pour habitude de sillonner les rues de Perpignan ou les petites routes du département avec son vélomoteur, engin vétuste qui n'excédait jamais 20 ou 25 km/h. Parfois, il se faisait transporter en 2CV ou prenait l'autobus en gare routière de Perpignan, non loin de la désormais célèbre gare SNCF arbitrairement déclarée Centre du monde par un autre peintre, catalan lui aussi, beaucoup plus connu, beaucoup plus riche, beaucoup plus franquiste aussi. »

    Bruno Giner est compositeur. Prix Hervé Dugardin (décerné par la Sacem en 1998), il a signé une cinquantaine d'oeuvres instrumentales ou vocales composées pour diverses formations de chambre, chorales ou orchestrales. Il dirige la collection « Carnets du 21e Siècle » aux Éditions François Dhalmann et collabore depuis de nombreuses années à différentes revues musicales, encyclopédies ou labels discographiques et signe plusieurs livres dont deux sont consacrés à la musique sous le III° Reich.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty