Seuil

  • La rive orientale

    Baron Supervielle Si

    Parution : 29 Avril 2016 - Entrée pnb : 1 Avril 2016

    La rive orientale, c'est l'autre côté du Rio de la Plata. A Buenos Aires, on appelle ainsi l'Uruguay. Un inspecteur des douanes, qui n'est pas nommé, ira un jour là-bas trouver le mystère de sa naissance et découvrira en lui-même la capacité d'écrire. Profonde méditation sur l'écriture et l'identité, ce livre s'inscrit dans une entreprise poétique de réflexion sur la langue, la perception du monde, la filiation, l'origine. Autour du personnage énigmatique qui est au centre de l'histoire, sa femme Clara, sa belle-mère Clarita et deux frères, Fabián et Alvaro, tous deux frappés par des destins tragiques. L'enquête mystérieuse au terme de laquelle le douanier se trouve dans un Montevideo intemporel est accompagnée du texte qu'il écrit : chronique imaginaire des pionniers du XVIe siècle.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La ligne et l'ombre

    Baron Supervielle Si

    Parution : 25 Mars 2016 - Entrée pnb : 26 Mars 2016

    " Et la fenêtre près de la Seine, dont les eaux se jettent dans l'Atlantique et dans un autre fleuve, le Río de la Plata, au bord duquel je suis née. Sur l'une de ses rives, Buenos Aires, ma ville, sur l'autre, Montevido, la ville de ma mère : deux villes en une au bord d'un fleuve aussi vaste que la mer, dont les teintes brunes, roses, mauves, bleues, changent selon la lumière. "
    Une femme se souvient de sa jeunesse et, contemplant le paysage tantôt urbain, tantôt marin, médite sur le destin des souvenirs, sur le sacré, sur Dieu, sur les anges, sur l'écriture, sur l'enfance. Mais aussi sur des rencontres et des œuvres. Marguerite Yourcenar à qui elle rendit visite à Mount Desert et l'ombre de Borges. Et toute la littérature argentine, depuis les épopées gauchesques jusqu'au tango.
    Et la peinture miroir de la poésie.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Première personne

    Anne Weber

    Parution : 25 Octobre 2018 - Entrée pnb : 25 Octobre 2018

    " Au fond, les livres sont des plaidoyers par lesquels les écrivains demandent qu'on les gracie. Désespérément, ils apportent l'une après l'autre les preuves de leur valeur, de l'unicité de leur œuvre, de l'énormité de leur labeur, et ils les brandissent deavnt l'univers, ils les haussent jusqu'au ciel pour les présenter au Juge suprême, et ils s'accrochent à l'esppoir insensé d'être épargnés.
    Et voilà que la première personne s'est encore volatilisée, mécontente, sans doute d'être intégrée à un groupe quelconque, fût-ce à celui, très honorable, des écrivains, pourtant c'est bien ma propre lutte que je décrivais là, et ma propre défaite, mais ma première personne se révolte contre toute identification, elle est seule et elle entend le rester, elle se complaît dans sa solitude, qui est la plus fière et la plus triste des conditions. "
    C'est à un voyage à l'intérieur de sa tête que nous invite l'auteur, dans un récit fantasmatique et méditatif, où s'entremêlent réflexion, fable et rêve.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Rassurez-vous, tout le monde a peur

    Ariane Le Fort

    Parution : 1 Janvier 1999 - Entrée pnb : 18 Novembre 2015

    Tout commence dans une chambre d'hôpital. Camille attend un enfant. Elle a le corps couvert d'effrayantes pustules. C'est curieux, on dirait que vous avez embrassé une méduse, lui dit l'aide-soignante. Camille essaie de comprendre ce qui lui est arrivé : un homme l'aime passionnément et elle a refusé, recherché, esquivé, retrouvé cet amour. Dans un long et subtil retour en arrière, la narratrice analyse avec simplicité et profondeur ce qui constitue cette passion acceptée difficilement et tout ce qui emplit sa vie intérieure. La peur devant la vie prend parfois des formes inattendues. Et curieusement, c'est dans un hôpital que la vitalité l'emporte sur l'angoisse devant l'amour. Un récit simple et authentique, écrit avec émotion et violence.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Sa majeste la mort

    Myriam Anissimov

    Parution : 25 Février 2014 - Entrée pnb : 10 Septembre 2014

    " La première fois que j'ai entendu parler d'un lieu nommé Auschwitz, d'un camp appelé Skarzysko-Kamienna, d'autres camps portant le nom de Treblinka, Czestochowa, Bergen-Belsen, d'un shtetl Szydlowiec où mon père était né, je devais avoir trois ans et demi. Il me semblait comprendre que, dans ces endroits-là, désignés également comme "K.Z.", "camp de travail", "camp de concentration", "camp d'extermination", des gens appelés "Allemands", ou encore "bandits nazis" par mon oncle Israël, emmenaient les juifs pour les tuer, loin des regards des autres hommes. "
    Myriam Anissimov veut précisément reporter sous les regards des hommes ces années-là. Qu'est devenu l'oncle Israël, qui écrivait en yiddish des lettres si déchirantes au père de Myriam ? Et comment a disparu l'autre oncle, Samuel, frère de sa mère ? Maintenant que les années ont passé, l'enfance ressurgit. Le " homme pour internés " de Suisse, l'atelier de confection de Lyon, le village des Pyrénées et aussi New York : la mémoire est partout, la menace de l'oubli est partout. La littérature a cette force de résistance au temps. Grâce à la précision de l'enquête, grâce à l'exigence du cœur, grâce au style. A travers les images bouleversantes ou drôles, à travers la vie qui continue malgré les appels de Sa Majesté la Mort.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le cahier de moleskine noire du délateur Mikhaïl

    Catherine Lépront

    Parution : 1 Septembre 2011 - Entrée pnb : 21 Février 2014

    " Entre le jour de son arrivée et le jour où il a su que le délateur Mikhaïl, à son tour détenu, se trouvait au gisement, Ottavio Manucchi avait effectivement interrogé sept cent soixante-trois mille deux cent soixante-seize personnes de toutes catégories. Puis, au gisement lui-même, encore deux cent quarante-huit personnes, avant d'arriver jusqu'à lui, le délateur Mikhaïl, la hantise de ses jours et de ses nuits, son obsession aliénante, sa prison de chaque instant, en même temps que cette part irréductible de liberté qui avait été la sienne et lui donnait un air somnambulique qui me fascinait. Manucchi avait pourtant aussi peu de chance de retrouver le délateur albinos que, comme le disait toujours Tarass Erdman, "un éclat de météorite n'en a de te tomber précisément entre les deux yeux".
    Et c'était arrivé. "

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty