Plon

  • Le livre noir de la mondialisation : 400 millions de morts

    Thomas Guénolé

    Parution : 1 Octobre 2020 - Entrée pnb : 6 Mai 2021

    CORONAVIRUS, GUERRES DE PILLAGE, FAIM, MALADIES, ESCLAVAGE MODERNE, POLLUTION... LA MONDIALISATION TUE.
    L'épidémie de coronavirus fut un traumatisme mondial profond : près d'un milliard d'êtres humains durent être confinés dans quelque trente-cinq pays et des dizaines de milliers sont morts. Son impact économique gigantesque fut aussi un révélateur brutal de la dangerosité de la mondialisation. Car si l'épidémie fut le déclencheur de la Grande Récession dans laquelle nous nous débattons encore, la mondialisation, elle, en fut la poudrière.
    Concentration extrême de l'appareil industriel mondial en Chine, chaînes mondiales d'approvisionnement fondées sur le zéro stock, marchés financiers débridés, pression générale à la baisse sur les dépenses publiques dont les dépenses de santé : la mondialisation, système économique planétaire, a permis que dans un sinistre effet-papillon, une infection à Wuhan provoque rapidement des morts, des pénuries de toutes sortes et une récession à travers toute la planète.
    Les morts du coronavirus, bien que traumatisantes, ne sont cependant que l'arbre qui cache la forêt des victimes de la mondialisation. Nous démontrerons en effet dans ce livre que de 1992 à 2018, la mondialisation a causé plus de 400 millions de morts.
    600 000 sont morts de l'invasion américaine de l'Iraq pour prendre le contrôle de ses ressources pétrolières. 6,5 millions sont morts dans des guerres de pillage, en particulier au Congo-Kinshasa pour ses richesses minières. 11 millions sont morts de faim alors qu'assez de nourriture est produite pour alimenter toute l'humanité. 60 millions sont morts sur le poste de travail, c'est-à-dire de la pression mondiale à la baisse sur les conditions de santé et de sécurité de la main d'oeuvre. 69 millions sont morts de pollution atmosphérique, c'est-à-dire des rejets toxiques de ce système économique mondial consumériste et productiviste. 256 millions sont morts de maladies pourtant soignables, c'est-à-dire morts de la répartition des ressources plutôt que des maladies elles-mêmes.
    Ces plus de 400 millions de morts sont le thème de ce livre noir de la mondialisation.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La populophobie

    Guillaume Bigot

    Parution : 22 Octobre 2020 - Entrée pnb : 6 Mai 2021

    La cause semble entendue : en Occident voire dans le monde entier, cédant aux sirènes du populisme, les peuples semblent avoir pris en grippe leurs élites. Mais, est-ce que ce ne sont pas les classes dirigeantes qui, en vérité, avaient déjà décidé de rompre avec leurs peuples ? Est-ce que ce n'est pas le sommet qui n'aime plus la base ? Tel est le point de départ de l'essai décapant que Guillaume Bigot consacre à la colère des gilets jaunes et au besoin de renouvellement de la classe dirigeante française.
    Ce divorce, que les élites mondialisées voulurent partout à l'amiable, a revêtu une tournure particulièrement exacerbée en France avec la spectaculaire crise des ronds-points. En replaçant la révolte de la France périphérique dans le long terme de notre histoire, l'auteur montre que les élites françaises aiment rarement le peuple, qui le leur rend bien. Relisant la crise de 2018-2019 il montre que cette explosion de colère est le prélude d'une remise en cause plus profonde et durable des classes dirigeantes françaises. Car Guillaume Bigot éclaire l'actualité en lui apportant le relief de l'histoire, sans lequel celle-ci demeure difficile à interpréter et impossible à prévoir. Et applique à la société de 2020 les analyses de l'abbé Sieyès sur le tiers état. En s'appuyant également sur Michelet, il montre que l'Hexagone ne peut être gouverné que par un souverain allié au peuple pour tenir en respect les importants. Enfin, la loi des 3 âges des classes dirigeantes formulée par Chateaubriand lui sert de point d'appui pour appeler au renouvellement profond de la classe dirigeante française.
    Selon l'essayiste, la France est entrée en convulsions et n'en sortira que lorsque l'élite actuelle et son paradigme auront été remplacés. Voici le plaidoyer d'un intellectuel républicain en faveur du populisme.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Soit je gagne, soit j'apprends

    Alain Jakubowicz

    Parution : 21 Novembre 2019 - Entrée pnb : 6 Mai 2021

    Alain Jakubowicz a toujours voulu être avocat.
    Défendre la veuve et l'orphelin, voilà ce qui l'exaltait. Pétri d'humanité, il a été partie civile dans les procès Barbie, Touvier, Papon. Il a écouté les récits poignants des rescapés des camps, il a plaidé contre les négationnistes, les profanateurs de cimetières et les extrémistes. Il a défendu les familles des victimes de la catastrophe du Mont-Blanc et de celle du vol Rio-Paris, il a servi de béquille à des femmes effritées par la vie, parce qu'il est convaincu que David peut triompher de Goliath et que, quelle que soit la technicité du dossier, le plus important reste l'humain.
    Mais la vie d'avocat réserve parfois des surprises. L'appel, un soir, de l'un de ses anciens clients, était de celles-là. Il lui demandait de rencontrer les parents de Nordahl Lelandais, alors simplement suspecté d'avoir enlevé la jeune Maëlys.
    Les suspects ont aussi une mère, une famille qui les aime et ne les imagine qu'innocents. Alain Jakubowicz les a rencontrés. Le dossier n'est plus le même aujourd'hui, et si les faits dont son client est accusé lui font horreur, ce ne sont pas les faits qu'il défend, mais l'homme. Alors il plaidera encore et encore. C'est cela le métier d'avocat dont il rêvait enfant.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cet " Appel ", qui vient de l'intérieur de la communauté musulmane, est un cri sage et raisonné aux allures de combat.
    En douze chapitres, trois grandes parties (Comprendre l'Islam/L'homme musulman, qui est-il ?/Islam et société) ce livre interroge les principaux préjugés véhiculés sur la foi musulmane, préjugés portés par un certain nombre de non musulmans, mais aussi surtout, par les musulmans eux-mêmes.
    Tareq Oubrou s'applique à fonder son argumentation sur sa connaissance pointue du corpus de textes musulmans (Coran et Sunna) et autres sciences humaines, tout en gardant une écriture percutante et accessible. Il s'agit ici d'un texte éminemment courageux, qui aborde de nombreux sujets très sensibles comme celui du voile, du mécréant, ou plus encore, celui de l'antisémitisme qui " est un blasphème ", selon Tareq Oubrou.
    Cet " Appel ", qui vient de l'intérieur de la communauté musulmane, est un cri sage et raisonné aux allures de combat.
    Tareq Oubrou a déjà écrit quelques livres autour de la pensée musulmane. Ici, il synthétise, fixe et approfondit toutes les problématiques entre Valeurs républicaines françaises et foi musulmane libérale. Il s'agit d'un livre majeur dans sa pensée.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Islam ; l'épreuve française

    Elisabeth Schemla

    Parution : 25 Avril 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Une enquête exclusive et inédite sur la conquête progressive de la France par l'islam radical et ses multiples organisations. Qui est responsable ? Comment en est-on arrivé là ? Et quelles sont les solutions ?

    Pour la première fois, avec une liberté de regard revendiquée, un livre rassemble les pièces éparses d'un puzzle que personne ne souhaite reconstituer : la pénétration progressive de la France par l'islamisme et son prodigieux écho dans la " génération islam ".
    Après des mois d'investigation, l'auteur démonte la mécanique adaptée aux forces et aux faiblesses de notre État laïc et républicain : port du niqab pour les femmes, infiltration de l'enseignement, construction de mosquées, formation d'imams et de jihadistes pour façonner des martyrs (comme Merah), utilisation de l'associatif à outrance et conversions sur fond de déshérence sociale et de délitement identitaire. Cet ouvrage analyse aussi les responsabilités politiques et le détournement de la loi de 1905 (séparation des Églises et de l'État) par les maires de toutes étiquettes.
    Les relations entre la République et l'islam nécessitent une révolution pour chacun des deux acteurs. Mais des solutions pour une sortie de crise existent car ils doivent réussir à vivre ensemble.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • C'est ainsi que les hommes meurent

    Jean Leonetti

    Parution : 23 Avril 2015 - Entrée pnb : 30 Avril 2016

    À l'heure où le débat sur l'euthanasie divise la France, Jean Leonetti, auteur de la loi de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, sort la mort de son tabou et de son enfermement médical pour l'intégrer dans une réflexion humaniste moderne et laïque.

    À l'heure où le débat sur l'euthanasie divise la France, Jean Leonetti, auteur de la loi de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, sort la mort de son tabou et de son enfermement médical pour l'intégrer dans une réflexion humaniste moderne et laïque.

    " Par nature, l'homme est voué à souffrir et à mourir. Comment le préparer à affronter ces maux qui s'inscrivent à l'horizon indépassable de sa vie terrestre : telle est la question fondamentale qui hante l'esprit humain et à laquelle toute société est amenée à répondre. Par la religion, pour offrir une explication à l'angoisse de l'homme. Par des remèdes et des soins, pour différer la mort. Par des rites, pour la conjurer ou l'accompagner. Par la réflexion et la méditation, propres à l'espèce humaine, pour définir une éthique du comportement face à l'incompréhensible finitude de l'existence.

    Dans ce combat prométhéen, l'homme a fait reculer les barrières de l'inconnu, dissipé bien des mystères de la vie et fait progresser sans cesse les savoirs et les techniques des sciences de la vie. Mais toujours infranchissable, la ligne qui demeure à l'horizon lui rappelle qu'il est vivant sur cette terre, mais que demain il sera mort, c'est-à-dire autre ou rien.

    De cette confrontation où Jean Leonetti s'est illustré en France, notamment par le vote de la loi qui porte son nom, ce livre dense et lucide est l'expression. "

    Robert BADINTER, Préface

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le sursaut ou le chaos

    Thibault De Montbrial

    Parution : 4 Juin 2015 - Entrée pnb : 30 Avril 2016

    La France est en guerre. Face au terrorisme, nous devons entrer dans une ère nouvelle.
    Il est urgent de comprendre comment nous nous sommes retrouvés dans cette situation et il est impératif de ne plus transiger. 2015 sera une année décisive pour l'avenir de notre pays.
    Les évènements du 7 janvier 2015 ont révélé à la face du pays l'ampleur de la dégradation de son tissu social.

    Fruit de décennies de petites lâchetés et de grands renoncements, ces évènements tragiques placent chacun des responsables politiques, mais aussi tous ceux et celles qui exercent des responsabilités au sein de notre corps social, face à leurs responsabilités.

    De notre capacité à comprendre comment nous nous sommes retrouvés dans cette situation naîtra une faculté de reconstruire une société homogène, autour des valeurs fondamentales de la République Française, sur lesquelles il est urgent de ne plus transiger.

    L'existence (selon Manuel Valls lui-même) de 3 000 Français combattants potentiels, sur notre propre territoire, haineux contre notre propre système, génère des enjeux majeurs en termes de sécurité et d'avenir de notre cohésion. Elle pose également un défi particulier à l'ensemble de notre économie dont il est essentiel qu'elle ne soit pas paralysée par la violence.

    2015 sera décisive pour l'avenir de notre pays.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La France à besoin des autres

    Nicolas Tenzer

    Parution : 15 Mars 2012 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    La France ne peut échapper au monde, mais le monde représente une chance pour elle.

    Délocalisations, chômage, crise économique et financière, peur de l'autre, perte du sens de la communauté nationale, fuite des cerveaux, déclin de l'Europe... Les Français considèrent la mondialisation comme une menace plus que comme une chance à saisir. Pourtant, aujourd'hui, c'est bien hors de nos frontières que se situent les marchés qui tireront vers le haut la croissance de notre pays. C'est en échangeant des idées et des
    hommes avec l'étranger que la France trouvera sa place et sera plus compétitive à l'international. Il est temps de nous ouvrir au monde, car c'est là que se joue notre avenir.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'ultime liberté ?

    Caroline GLORION; Axel KAHN

    Parution : 16 Décembre 2010 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Doit-on légaliser l'euthanasie ? Axel Kahn revient sur ce sujet brûlant, et propose une réflexion humaniste nourrie de son expérience de médecin et de membre du comité d'éthique français.
    Le débat sur l'euthanasie est régulièrement réactivé par des situations dramatiques. Pourtant, en 2005, a été votée la loi Leonetti, qui permet de soulager les souffrances du malade, d'éviter l'acharnement thérapeutique et d'organiser les soins palliatifs. Ainsi, aujourd'hui, la médecine française a réduit le retard accumulé par rapport aux autres pays européens.
    Pour le professeur Kahn, cette loi offre aux personnels soignants, aux malades et à leur famille, un cadre qui permet de résoudre la question douloureuse de la fin de vie. Il est vrai que dans des situations particulières, extrêmes, l'euthanasie peut constituer un recours, envisagé dans l'intimité entre un patient et son médecin, mais cela ne veut pas dire que cette action doit être généralisée.
    Face au tapage médiatique suscité par les affaires récentes souvent instrumentalisées par des militants du " droit à mourir dans la dignité ", Axel Kahn pose des questions fondamentales : n'est-il pas choquant de faire d'un cas douloureux le fondement d'un " principe " souverain, contraire à la valeur fondamentale qui est celle du respect de la vie ? A-t-on pensé à toutes les dérives qui pourraient résulter d'une légalisation de l'euthanasie ? Car personne ne peut affirmer qu'il n'y aura pas de dérives. Il suffit d'entendre certains hommes politiques pour entrevoir le pire. Ils n'hésitent pas à déclarer que, vue la situation difficile des hôpitaux français, " on ne pourra pas continuer longtemps à supporter la charge d'un trop grand nombre de maladies incurables ".
    La quête d'une considération de tous les instants pour les personnes en fin de vie demeure plus que légitime. Les réponses au problème de l'euthanasie ne doivent donc pas être guidées par l'émotionnel, mais par le souci de proposer un projet d'ensemble pour l'homme et la société.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La détresse de petit Pierre qui ne sait pas lire

    Chantal DELSOL

    Parution : 11 Août 2011 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Ce texte propose une réflexion sur les déboires de l'Education nationale et sur les causes de son actuelle évolution. L'importance de l'égalité et comment, par un paradoxe des conséquences, l'idéal d'égalité produit l'inégalité et le mise au ban des études techniques.

    L'illettrisme, et l'échec scolaire en général, devrait nous interroger bien au-delà de nos préjugés. C'est un fait qui, plus de cent ans après Jules Ferry, met en cause notre système en profondeur. Pourquoi l'Education nationale fonctionne-t-elle si mal, en dépit de bataillons d'enseignants fervents ? Parce que la France vit d'un faux égalitarisme - qui produit les inégalités au marché noir -, parce que la planification ne mène nulle part, parce que nous croyons sottement que seuls les intellectuels sont intelligents, parce que le corporatisme qui a remplacé les idéologies n'a rien amélioré.
    La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire devrait sonner l'hallali de toutes nos idées reçues. Et nous engager dans la voie d'un libéralisme ordonné, de l'autonomie véritable des établissements, de l'université sélective et payante.
    Un plaidoyer pour le réalisme.
    Chantal Delsol, professeur des universités en philosophie et membre de l'Institut, est l'auteur d'ouvrages de philosophie, d'essais et de romans.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Quelles guerres après Oussama ben Laden?

    Xavier RAUFER

    Parution : 11 Août 2011 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Les ennemis d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'autrefois. Et le monde occidental n'arrive plus à identifier les dangers auxquels il est confronté. Pour lutter contre ses ennemis, encore faut-il les connaître.

    Voilà Oussama ben Laden éliminé. Depuis deux ans d'ailleurs, son courant islamiste jihadi, naguère encore capable des pires attentats, était discrédité dans tout le monde musulman.
    En matière de sécurité globale, quelles menaces, quels conflits désormais ? Le problème est grave, car l'Europe identifie mal ses ennemis. Or les combattre suppose de les connaître : comment préparer la défense de demain si l'on ignore tout de ceux qu'il faudra affronter ?
    Alors que, aujourd'hui, l'ennemi ne va plus de soi et que bandits et terroristes mutent et s'hybrident toujours plus, à l'heure où s'accroît la mondialisation criminelle, ce livre répond précisément à ces questions, grâce à l'apport croisé de la géopolitique et de l'expertise criminologique.
    Xavier Raufer est directeur des études au Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines à l'université Paris II et professeur associé à l'Institut d'étude du terrorisme et du crime organisé à l'université de science politique et de droit de Pékin.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Sexe, mensonges et médias

    Jean QUATREMER

    Parution : 1 Mars 2012 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Si nous ne comprenons pas que le dit doit être la règle et le non-dit l'exception, la presse disparaîtra, car l'information se fera ailleurs.

    " L'affaire DSK " est le chant du cygne d'une certaine presse de connivence.
    L'arrestation du directeur général du FMI, le 15 mai 2011, accusé de tentative de viol, a rompu la loi du silence et fait voler en éclats l'un des plus solides tabous de la sphère médiatique hexagonale : la vie privée des politiques.
    Parfois complices, voire amis de nos dirigeants, les journalistes français savent se montrer généralement avares de révélations, et cette " amitié " prime trop souvent sur le devoir d'informer. Tous les politiques bénéficient de cette loi du silence, de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy en passant par Jacques Chirac et François Hollande. Jean Quatremer est l'un des très rares journalistes à avoir osé briser l'omerta en évoquant sur son blog, dès 2007, le problématique " rapport aux femmes " de Dominique Strauss-Kahn - ce qui lui a valu de vives critiques de la profession.
    Si nos médias classiques veulent survivre, le dit doit être la règle et le non-dit l'exception.
    Jean Quatremer est journaliste à Libération, anime le blog " Coulisses de Bruxelles " et est spécialiste des questions européennes.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La France européenne: le grand tournant

    Alexandre ADLER

    Parution : 29 Novembre 2012 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Un nouveau Président. La nouvelle politique européenne arrêtera-t-elle le déclin inexorable de l'Europe ?

    Depuis 2011, l'Europe est engagée dans une crise sans précédent. La divergence croissante des économies " vertueuses " du Nord et les politiques " laxistes " du Sud ont fini par faire voler en éclats la solidité de l'euro et entraîné une décrédibilisation du principe même d'union monétaire.
    En Allemagne et aux Pays-Bas des voix s'élèvent pour souhaiter la création d'un " euroNord " qui ne serait autre qu'un mark restauré et élargi, laissant à son triste sort un " euroSud " sans doute condamné à court terme à disparaitre au profit catastrophique aux monnaies nationales d'antan. Les risques cataclysmiques d'une telle dérive nous conduisent aujourd'hui à choisir l'unique alternative possible : l'approfondissement politique de la construction européenne.
    Mais si un consensus existe en ce sens, il repose néanmoins sur l'acceptation d'un règlement, pays par pays, des dettes publiques, sans que l'Allemagne et ses plus proches partenaires soient contraints de faire les frais de la nouvelle solidarité. Et, pour la suite, des mécanismes de discipline collective doivent être mis en place. La victoire de François Hollande n'aura fait qu'exacerber l'acuité du problème. C'est à un remaniement sans précédent du paysage politique des grands pays de l'Union européenne, la France en priorité, que nous devons nous atteler.
    Alexandre Adler est historien, éditorialiste de politique étrangère au Figaro et sur Europe 1. Il est l'auteur de nombreux essais à succès, parmi lesquels J'ai vu finir le monde ancien et Le jour où l'Histoire à commencé.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Ces Français, fossoyeurs de l'euro

    Arnaud LEPARMENTIER

    Parution : 10 Janvier 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Comment en est-on arrivé là ? Vingt ans après le traité de Maastricht, les Français ont laissé sombrer l'euro. Ils paient l'addition de leurs ambiguïtés sur l'Europe, eux qui n'ont jamais pu la concevoir autrement que comme une France en grand.

    Comment en est-on arrivé là ? Vingt ans après le traité de Maastricht, les Français ont laissé sombrer l'euro. Ils paient l'addition de leurs ambigüités sur l'Europe, eux qui n'ont jamais pu la concevoir autrement que comme une France en grand.
    Les dirigeants français, incapables de s'entendre avec les Allemands, ont tous contribué à la ruine de l'édifice européen.
    Maastricht est scellé sur un malentendu : François Mitterrand croit qu'il affaiblira l'Allemagne en lui faisant abandonner le deutschland ; Helmut Kohl espère avancer vers l'Europe politique. C'est l'inverse qui s'est produit. Edouard Balladur rejette l'idée d'un noyau dur en Europe structuré autour de la monnaie unique. Lionel Jospin veut de l'Europe à condition qu'elle soit socialiste. Jacques Chirac se disqualifie à trois reprises avec l'échec du traité de Nice pour reformer les institutions, l'éclatement du pacte de stabilité avec la complicité du chancelier Gerhard Schröder et le non au referendum sur la constitution européenne. Enfin Nicolas Sarkozy accélère la catastrophe en cédant aux exigences d'Angela Merkel.
    La crise n'est plus celle de la Grèce, mais celle de l'euro dont la survie est en jeu. Ces Français qui se croient si européens furent les fossoyeurs de l'Europe.
    Prix du Livre européen 2013 - Catégorie Essai

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La tentation totalitaire de la gauche

    Michèle ALLIOT-MARIE

    Parution : 28 Août 2014 - Entrée pnb : 30 Mai 2015

    Après avoir détenu tous les pouvoirs, la gauche vient d'être sanctionnée en prenant un sérieux revers électoral aux municipales et aux européennes. Dans ce livre polémique, Michèle Alliot-Marie fait éclater la vérité sur la tentation totalitaire de la gauche.

    " Oui, ce livre est polémique. Oui, c'est un livre de combat. Je l'ai voulu comme tel.

    Je n'aime guère l'outrance, je déteste la critique systématique. Je préfère la recherche d'une vérité constructive, mais le moment est venu de faire éclater la bulle des faux-semblants, de révéler l'immense manipulation dont la France et les Français sont victimes. J'ai décidé qu'il était temps de tirer une sonnette d'alarme, parce que j'ai trop le sentiment que les politiques de mon propre camp ont le nez dans le guidon et l'oeil fi xé sur les prochaines échéances, surtout celle de 2017, sans voir ce qui se tisse, et qui pourtant peut les priver de l'alternance qu'ils souhaitent.

    J'ai décidé de tirer une sonnette d'alarme, parce que les Français s'exaspèrent des atteintes quotidiennes aux principes de la démocratie républicaine et au nécessaire équilibre des pouvoirs, mais ont l'impression que personne ne les dénonce ni n'en prend même conscience.

    Alors oui, le ton peut paraître polémique, mais l'analyse ne repose que sur des faits que vous, lecteur, avez pu constater pour certains, mais dont d'autres vous sont encore inconnus, car pratiqués dans des enceintes interdites au public. "

    Michèle Alliot-Marie

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Retrouver la sécurité

    Bernard Plasait

    Parution : 10 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    En s'appuyant sur des exemples concrets et sur les chiffres officiels, l'auteur répond aux questions fondamentales : Quelles sont les causes profondes de l'insécurité ? La crise économique ou une crise culturelle ? Le découragement de la police, le laxisme des juges ? Il dénonce aussi les dangers que font peser sur notre société la drogue, le déracinement des immigrés, l'anonymat de la vie moderne, l'autodéfense et l'autojustice. Quels sont les remèdes ? Prévention ou répression ? L'État peut-il renoncer à punir les coupables sans, du même coup, encourager la délinquance ? Une politique anticriminelle de bon sens doit abandonner les méthodes permissives qui ont échoué partout dans le monde. Il est temps que les honnêtes gens soient rassurés. Dans une société en ordre ce sont les malfaiteurs qui doivent avoir peur.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Que faire en 1981 ?

    Pierre Lefranc

    Parution : 10 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    1981, c'est la date de la prochaine élection présidentielle et Pierre Lefranc répond aux questions que se posent les Français angoissés par le déclin de leur pays. L'auteur, dont on connaît l'attachement aux principes affirmés par de Gaulle, formule des propositions précises, capables de transformer profondément notre société frappée d'immobilisme. A la lecture de ce texte, clair et dense, des perspectives nouvelles s'ouvrent dont il sera impossible de ne pas tenir compte.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Loin d'être favorisés par rapport aux étrangers, comme on le prétend trop souvent par ignorance, les Français, bien au contraire, sont parmi les contribuables les plus imposés du monde moderne. Ce qui n'empêche pas notre pays de compter encore 6 millions "d'exclus de la croissance" ce qui constitue une honte nationale. Jacques Bloch-Morhange nous assène une série d'arguments et accumule des preuves chiffrées à couper le souffle. Né à Paris le 31 janvier 1921, l'auteur après la guerre et la Résistance a fait une carrière d'économiste et d'écrivain. Ses analyses et ses idées bénéficient d'une large audience en France et à l'étranger.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La gauche française en mouvement

    Raymond Barrillon

    Parution : 24 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    Profondément divisée depuis près d'un demi-siècle, la gauche française se trouve, quarante-sept ans après le congrès de Tours, en pleine période de mutation. Ses composantes non communistes aspirent à se donner des structures originales et durables. Les plus importantes d'entre elles sont rassemblées depuis bientôt deux ans au sein d'une Fédération. Celle-ci entretient des rapports d'un style nouveau avec un parti communiste qui « bouge », et dont la réintégration dans la vie politique française a été grandement favorisée par l'élection présidentielle de décembre 1965. Après avoir recueilli, les 5 et 12 mars derniers, les fruits électoraux de sa politique et de sa tactique unitaires, cette gauche française en mouvement va-t-elle franchir des étapes supplémentaires ? Des difficultés subsistent, la route d'un renouveau plus complet est jalonnée d'obstacles, mais la double volonté de ne pas amplifier les divergences et de les surmonter a constamment prévalu, de l'automne 1965 à l'été 1967. En ira-t-il encore ainsi demain ? Si la réponse est affirmative, le paysage politique de la France en sera fondamentalement modifié, et pour longtemps sans doute.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • De Gaulle, Israël et les Juifs

    Raymond Aron

    Parution : 24 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    Avant d'écrire « Le temps du soupçon », commentaire de la dernière conférence de presse du Président de la République, j'ai longuement hésité. Si certaines voix s'étaient élevées, si François Mauriac ou André Malraux avaient répondu au général de Gaulle ce qu'ils auraient répondu à tout autre homme d'Etat tenant de pareils propos, je serais resté au dehors d'un débat dans lequel je ne puis m'engager en toute sérénité. Aucun des écrivains, honneur des lettres françaises, n'a parlé. Je me suis donc résolu ou résigné à plaider contre un réquisitoire d'autant plus insidieux qu'il demeure camouflé. J'ai pensé que ce témoignage ne prendrait sa pleine signification qu'à la condition d'y joindre les articles publiés pendant la crise du printemps 1967 et deux études sur Israël et les Juifs, écrites en 1960 et 1962, à l'époque où l'alliance franco-israélienne assurait aux Français d'origine juive une sécurité morale dont les privent, aujourd'hui, les péripéties de l'Histoire.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La nature des choses

    A. Beaufre

    Parution : 24 Novembre 2017 - Entrée pnb : 11 Mars 2018

    Dans «  La nature des choses  », il se penche en philosophe sur les rapports profonds qui existent entre l'homme et l'univers, au seuil et déjà peut-être au sein d'une des plus grandes crises de civilisation que notre monde ait connues. Historien des idées, analyste de celles-ci, André Beaufre va aussi loin qu'il veut lorsqu'il exprime les siennes, même s'il le fait avec une prudence d'examen et une pudeur telles qu'en écrivant il semble songer à son lecteur autant qu'à lui-même, veillant à ne jamais le heurter, à ne jamais exercer sur lui la moindre « force de dissuasion », afin de le conduire au terme de son livre comme à la conclusion d'un dialogue élevé avec un ami proche. Cette conclusion, pourtant, est d'ordre spirituel sans aucune équivoque, mais André Beaufre nous y amène avec une prudence exemplaire qui pourrait être citée à bien des philosophes de profession : « Quand nous découvrons l'une des lois éternelles de la nature traduite par une formule mathématique, écrit-il, ce n'est pas l'agencement de la matière que nous découvrons, mais une parcelle de la pensée de Dieu ».

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Si la majorité des Français s'accorde aujourd'hui à penser qu'il faut « changer quelque chose au régime », la confusion et l'inquiétude des esprits empêchent d'envisager avec clarté dans quel sens et de quelle manière cette transformation, rendue inévitable par les faits, peut et doit s'opérer. À l'attraction du Communisme, à la tentation du Fascisme, au spectre du « Gaullisme », les hommes qui demeurent sincèrement attachés à l'idéal républicain ne peuvent opposer qu'une ombre de démocratie, qui tourne dangereusement à l'anarchie. Beaucoup, plutôt que d'affronter les véritables difficultés et de procéder résolument à la « révolution » nécessaire, préfèrent s'enfermer (et enfermer le pays) dans des demi-vérités et dans des alibis qui diminuent chaque jour la puissance réelle de la France, nation européenne et africaine à la fois. Un historien a pu dire des Chroniques que Maxime Blocq-Mascart a écrites et publiées entre 1941 et 1944 qu'elles constituaient sans doute le témoignage le plus authentique et le plus valable sur l'évolution des esprits en France pendant ces quatre années. C'est un témoignage analogue qu'apporte ici Maxime Blocq-Mascart, Conseiller d'État, ancien vice-président du Conseil National de la Résistance, économiste, écrivain et journaliste, en analysant clairement les causes du malaise actuel. Comme dans son livre précédent, Maxime Blocq-Mascart fait suivre son analyse de propositions constructives et montre la nécessité de rompre le barrage du « possibilisme ». En préconisant la création d'un État fédéral et en exposant les modalités d'application d'une telle transformation, il établit avec précision les données qui permettront d'établir une structure nouvelle convenant à une République Française de 85 millions d'habitants.

    30 prêts - 3650 jours
    1 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • François Fejt donne ici les résultats d'une enquête qu'il a menée au cours des dernières années sur la situation des juifs en U.R.S.S. et dans les pays communistes. Cette enquête, conduite avec un parti pris d'objectivité et de lucidité remarquable, s'imposait d'autant plus que la vague d'antisémitisme qui déferle de nouveau sur l'Occident prête à un tel livre une actualité inattendue. Depuis la mort de Staline, le problème ne cesse de provoquer des débats passionnés. Les autorités communistes, quant à elles, prétendent qu'il s'agit d'un faux problème, puisque l'application du marxisme-léninisme doit apporter une solution définitive à la question des nationalités et que les constitutions en vigueur dans tous les pays communistes ont mis l'antisémitisme hors la loi. Le fait est qu'on a assisté, après la Révolution d'Octobre, à une renaissance de la culture juive en Union Soviétique et que de nombreux israélites se virent ouvrir les portes des plus hauts postes de l'État et de la vie économique. Pourtant les juifs soviétiques ont failli, à la fin du règne de Staline, être victimes d'une déportation massive et bien que, depuis 1953, leur sort se soit beaucoup amélioré, ils restent l'objet de discriminations de toutes sortes, se sentant même parfois menacés d'un antisémitisme populaire latent. Quelles sont les causes de ces contradictions ? C'est ce que François Fejt a tenté d'expliquer de manière originale, avec, à l'appui, les pièces les plus intéressantes du dossier qu'il a constitué à cet effet. Son but n'a pas été de dresser un réquisitoire : c'est au contraire par une analyse serrée qu'il a cherché à élucider le problème, en s'inspirant de la sociologie marxiste et des lois de développement de la société soviétique. L'antisémitisme des pays communistes apparaîtra, à travers cette étude, comme l'une des armes utilisées par les nouvelles élites contre l'ancienne intelligentsia, dans la lutte pour les postes dirigeants. Dans d'autres cas, ce sont certains clans qui s'en servent pour détourner le mécontentement populaire. En général, le malaise qui caractérise les rapports de l'État communiste avec les juifs vient du fait que ceux-ci sont porteurs de traditions et de déchirements millénaires qui les rendent particulièrement rebelles à se laisser emprisonner dans les schémas du marxisme. Aussi François Fejt estime-t-il que cette question ne saurait trouver de solution sans une libéralisation, une décontraction progressive du régime social soviétique.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le président Kennedy

    Nicolas Chatelain

    Parution : 12 Décembre 2018 - Entrée pnb : 30 Novembre 2018

    L'élection présidentielle qui vient de faire entrer Kennedy à la Maison-Blanche s'est renouvelée depuis cent soixante-dix ans à des intervalles réguliers qui sont les mêmes que ceux des Olympiades... 44, 48, 52, 56, 60. L'opération permet de procéder à un inventaire politique général, de déceler des tendances, des mouvements d'opinion, de mettre au point des statistiques diverses. Car ce n'est pas uniquement d'un renouvellement quadriennal de l'Exécutif qu'il s'agit ; d'après la Constitution, l'élection met en jeu simultanément la Présidence, la totalité de l'effectif de la Chambre des Représentants, un tiers du Sénat, ainsi, qu'un certain nombre de postes de gouverneurs et d'autres fonctionnaires électifs à l'échelon des cinquante États. On peut ainsi, tous les quatre ans, faire un tableau politique du pays aussi détaillé que possible et prendre la mesure exacte de son nouveau Président. Pour nous, Français, est-il bon, est-il mauvais ? Nicolas Chatelain ouvre ici le dossier Kennedy et vous présente le jeune chef d'État.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty