• Noms de lieux du département de la Meurthe-et-Moselle

    ,

    Parution : 24 Janvier 2021 - Entrée pnb : 25 Janvier 2021

    La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meurthe-et-Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Qui n'a jamais entendu parler de Nancy, Toul, Pont-à-Mousson, Lunéville, Longwy ou Villerupt ? Tous ces noms évoquent l'histoire, l'art ou l'industrie ; ils ont permis de porter jusqu'à l'autre bout du monde la renommée de la Meurthe-et-Moselle. Ces noms anciens ont évoqué pour nos ancêtres, qui ont baptisé ces localités, autre chose que les connotations que nous leur attribuons, relativement récentes par rapport à l'âge de ces lieux. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses. Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meurthois) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Origine des noms de lieux en Limousin et en Périgord

    Abbé Arbellot

    Parution : 16 Janvier 2020 - Entrée pnb : 18 Janvier 2020

    Une étude succinte et générale, publiée en 1887, - et régulièrement rééditée depuis - qui permet de se faire une idée sur les diverses origines des noms de lieu en Haute-Vienne, Creuse, Corrèze et Dordogne-Périgord.
    Labbé François Arbellot (1816-1900) est, sans conteste, l'un des grands historiens du Limousin au XIXe siècle. Il a publié de multiples communications historiques et archéologiques qui portent en quasi exclusivité sur le Limousin, son histoire, ses monuments et ses personnages illustres.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pourquoi dit-on (en Gironde) ?

    Catherine Darfay; Journal Sud Ouest

    Parution : 12 Juillet 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Mais au fait, pourquoi dit-on... ? Cette question, les touristes et vacanciers de passage en Gironde la posent fréquemment. A leurs amis. Aux commerçants. Aux riverains. Et même aux journalistes de Sud Ouest. Mais sont-ils certains pour autant d'obtenir la bonne réponse à leurs interrogations?
    Que l'on soit natif de Gironde ou non, l'étymologie des lieux ou des objets du cru réserve parfois des surprises. Lilet ou Lillet? Pilat ou Pyla? Cannelé ou cannelé? Et pourquoi les cabanes du Bassin d'Arcachon sont-elles "tchanquées"? La grotte de Pair Non Pair doit-elle son nom à un amateur de casino?
    Rassemblant des chroniques parues trois étés durant dans le journal Sud Ouest, ce petit livre numérique définit l'origine -pas toujours très scientifique !- des mots bien de chez nous.Dans cet ouvrage, vous découvrirez ainsi avec humour l'origine très sérieuse des 25 termes suivants :01 - Le canelé
    02 - Le Grand-Crohot
    03 - La Teste-de-Buch
    04 - La pigne
    05 - La jetée Bélisaire
    06 - Soulac-sur-Mer
    07 - Macau
    08 - Le Verdon
    09 - Blaye
    10 - Le carrelet
    11 - Le phare de Cordouan
    12 - L'Amélie
    13 - Le chai
    14 - Le Cap-Ferret
    15 - Le Moutchic
    16 - La pinasse
    17 - Le Canon
    18 - Le Lapin Blanc
    19 - Les cabanes tchanquées
    20 - Le Mimbeau
    21 - Lillet ou Lilet
    22 - Pair Non Pair
    23 - Le Truc-Vert
    24 - Pilat et Pyla
    25 - Chasse-Spleen

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Histoire des noms de famille d'origine gasconne

    Osmin Ricau

    Parution : 11 Janvier 2020 - Entrée pnb : 13 Janvier 2020

    Osmin Ricau, auteur d'une "Histoire des Cagots" et natif de la Bigorre, s'est intéressé à l'origine des noms de famille, et bien évidemment à ceux de son "pays", la Gascogne.
    De l'origine des noms à leur histoire, en passant par la langue qui les a forgés - le gascon -, vous découvrirez, au fil des pages, les raisons et les explications de ces surnoms devenus des patronymes au cours des siècles. Index final et notes donneront au lecteur des éléments qui lui permettront de mener ses recherches personnelles.

    Osmin Ricau, autor d'ua "Istòria deus Gahets" e vadut en Bigòrra, que s'interessè a l'origina deus noms de familha e plan segur a'us deu son país, la Gasconha.

    />
    De l'origina deus noms a la lor istòria, en bèth passar per la lenga qui'us a hargats - lou gascon -, que descobriratz, en har virar la paja, las rasons e las esplicas d'aqueths subernoms vaduts patronimes au briu deus sègles. Indèx finau e nòtas que balharan au legidor mestior enta-d aviar las soas recèrcas personaus.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Noms de lieux du département de la Moselle

    ,

    Parution : 27 Décembre 2020 - Entrée pnb : 29 Décembre 2020

    La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Du Saulnois au Bitcherland, le voyageur s'aperçoit qu'il traverse une frontière linguistique. De Château-Salins, au nom d'origine romane, on arrive à Morhange, à la finale caractéristique des villages de la zone de transition (suffixe -ange, issu du germanique -ingen) pour aller vers Sarreguemines, terme purement germanique qui indique que nous sommes « au confluent de la Sarre (et de la Blies) ». Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et mosellan) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lachambre voyage

    Denis Montebello

    Parution : 28 Juin 2009 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Quatrième titre de Denis Montebello sur publie.net, on commence à repérer les points forts, les traces et les routes de l'ami de La Rochelle. Dans Immobilier Services [1], avec le photographe Jean-Louis Schoellkopf, cette attention aux signes du réel, à comment on s'installe, circule, habite. Dans Calatayud, ce travail en profondeur sur les étymologies des noms de personne et de lieux, et la trappe ouverte alors à l'histoire, à l'archéologie. Dans Le cactus car il capte, ce faux dictionnaire à la manière du Flaubert du Dictionnaire des idées reçues, l'idée qu'en scrutant le langage on retrouve toute la peau du monde, au plus vif, politique comprise.Dans ces 130 pages, ces trois courants se croisent à chaque endroit. Chroniques ? Oui, si on considère qu'il s'agit de textes courts, façon Gracq de Lettrines, ces textes de bord de route, prenant appui sur un point concret de la traversée quotidienne. D'ailleurs, c'est le moment où Denis Montebello a ouvert un blog, et ces textes au fil de la vie y ont naturellement trouvé accueil : cotojest (ce que ça veut dire, cotojest, c'est expliqué dans Lachambre voyage !).Mais c'est plus compliqué. Et, si ça nous concerne, c'est que la question concerne la littérature même : le roman pourquoi pas, nous en sommes pétri, nous nous sommes forgés nous-mêmes, et notre imaginaire comme notre relation au monde, par le roman. Mais s'il s'agit d'aller toucher cette peau des jours, la fonction langage doit être réouverte, il y a besoin d'autres outils - la chronique avec ses coups de zoom, ses dérives, sa liberté d'appréhender tout droit le réel, des types avec vous qui attendent dans un aéroport, ou la façon dont un plat de pauvre, la pomme de terre râpée et frite en beignet, surgit sous des noms différents en Lorraine, à Praque ou en Pologne, c'est un outil littéraire qui hérite et prolonge le roman. Et c'est bien le défi aussi de notre aventure numérique : nouvelles formes d'écriture et de diffusion pour un rapport plus serré au monde.À preuve cette première histoire, hantée par la silhouette de Robert Walser et une histoire que j'avais reproduite sur tiers livre, et surtout d'un poème où Walser, le Suisse, évoque Mélusine, notre légende poitevine : assez à Montebello pour déballer sa trousse à traverser les pays et les temps.Et plus compliqué parce qu'on le connaît comme prestidigitateur, le Montebello : il y a un départ, l'opportunité d'un voyage en Pologne, pour des conférences dont l'objet, la langue, l'étymologie, croise ces chroniques. On y croisera aussi Bertrand Redonnet, dont le Chez Bonclou, sur publie.net, croise dans des eaux cousines, et dont on suit depuis longtemps aussi le blog L'exil des mots [2].C'est ce voyage en Pologne qui va servir de matrice à ces variations, leur donner à la fois contrainte et liberté. Alors oui, littérature quand on croisera Échenoz ou Bergounioux, étymologie quand les voies romaines croisées font passer d'une usine de sucre en poudre qui ferme à Sermaize (tiens, on l'avait filmée pour Paysage fer) aux inscriptions sur les boîtes roses de sucre Daddy de nos supermarchés, et de là à ces obscurs mouvements de peuple qui ont fait la vieille Europe. Et suivre la piste, apparemment toute modeste mais qui mènera si loin, de ces plats du pauvre, la pomme de terre ou le pâté de viande, qui disent la nécessité et le besoin, mais aussi l'enfance et les racines communes sous les mots de toute langue...Très heureux d'accueillir ce nouveau fil d'écriture de Deins Montebello. Et comme aux autres blogueurs, Jean-Louis Kuffer ou Philippe Didion (qu'on croisera lui aussi dans ces chroniques), oeuvre ouverte, appelée à être augmentée (les mises à jour seront automatiques et gratuites pour nos abonnés et lecteurs).FBVoir aussi présentation bio et biblio de Denis Montebello au Temps qu'il fait.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Calatayud

    Denis Montebello

    Parution : 1 Février 2012 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Tout le travail d'invention romanesque de Denis Montebello, opiniâtre et multiple, pour qui suit ses livres chez Fayard ou Le Temps qu'il fait, est basé sur une exploration du monde par ses noms.Mais, pour descendre dans les noms et y voyager, comme Jules Verne le fait sous la terre, Denis Montebello est armé : d'étymologies, de connaissance des autres langues et parlers oraux ou dialectes, ou ces langues qu'on dit morte - le latin inépuisable -, et il est armé tout simplement d'humanité. Les visages, les gestes, l'écoute et l'attention de qui, justement, pour rejoindre le nom, accueille la constellation des paroles.Ceci, c'est dans chaque livre de Montebello. Mais, dans "Calatayud", c'est comme s'il se l'appliquait à lui-même. Entrer dans un versant sinon inaccessible de l'autobiographie. Partir là-bas, dans la ville de Calatayud, si c'est un nom qui vous importe.Alors, en lisant le monde à travers ses noms, c'est soi-même qu'on trouve, un soi-monde qui nous parle à nous tous.Denis Montebello est né dans les Vosges, il vit et travaille à la Rochelle - avec "Calatayud", est-ce que ce n'est pas proposer à lire ce qu'en chacun de nous-mêmes nous portons d'étranger, d'une ville qui serait liée à nous-mêmes par le nom ?FB

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Noms de lieux du département de la Meuse

    ,

    Parution : 24 Janvier 2021 - Entrée pnb : 26 Janvier 2021

    La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meuse est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Dans le département de la Meuse certains noms de lieux sont plus évocateurs que d'autres : Bar-le-Duc, Douaumont, Varennes-en-Argonne ou Verdun, ont un passé lourd d'histoire. D'autres, plus discrets, comme les Islettes, ou plus curieux comme Venise, Azannes-et-Soumazannes nous intriguent. Mais tous en appellent à notre curiosité et nous aimerions savoir ce qu'ils cachent. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meusien) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Dictionnaire etymologique et critique des anglicismes

    Weisman Peter

    Parution : 1 Janvier 2020 - Entrée pnb : 13 Janvier 2021

    Le Dictionnaire étymologique et critique des anglicismes entend répondre - grâce en partie aux nouveaux moyens informatiques - à trois objectifs : rassembler la quasi-totalité des entrées d'origine anglo-américaine présentes dans les dictionnaires usuels ; vérifier les étymologies (à l'aune des outils livresques et numériques), avec des datations souvent repoussées ; amorcer une réflexion sur le déferlement en France depuis 1945 de mots d'origine anglaise et surtout américaine, accompagnée, au besoin, de propositions d'équivalents offertes par des commissions (en particulier la Commission d'enrichissement de la langue française et l'Office québécois de la langue française) et commentateurs. Pour la première fois, on trouvera un large choix du vocabulaire provenant tant des sciences dites dures que des sciences sociales, assorti, dans la mesure du possible, d'une date et d'une origine. Les termes récents les plus répandus figurent dans ce dictionnaire destiné aussi bien aux journalistes et aux métiers de communication qu'aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants et au grand public.
    Parmi plus de 5 000 mots ou calques, on découvrira étude d'impact (1952 ; impact study, 1920), fonds souverain (2007 ; sovereign wealth fund, 2005), guerre hybride (2007 ; hybrid war(fare), 2005), illibéral (2003 ; illiberal, 1997, F. Zakaria), perturbateur endocrinien (1996 ; endocrine disruptor, 1991, T. Colborn), plafond de verre (1987 ; glass ceiling, 1984), suprématie quantique (2018 ; quantum supremacy, 2012, J. Preskill), transhumanisme (1963 ; transhumanism, 1957, J. Huxley)...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le francais tel qu'il se parle en belgique

    Jacques Mercier

    Parution : 27 Janvier 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Cette approche vivante et plaisante du français, tel qu'il se parle en Belgique, s'adresse aux enseignants comme aux élèves et aux parents, ainsi qu'à tous ceux que leur culture et leur identité francophones intéressent.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty