• Le travail à coeur

    Yves Clot

    Parution : 8 Janvier 2015 - Entrée pnb : 30 Mai 2015

    En se mobilisant pour redonner un sens moderne à la vieille notion de métier, tous les acteurs concernés peuvent " retourner " la situation dégradée de la santé au travail. Nourri de longues années d'expérience sur le terrain des rapports santé- travail, cet essai est du psychologue du travail Yves Clot est devenu une référence incontournable depuis sa première parution en 2010.
    Suicides en série sur le lieu de travail, " épidémie " de troubles musculo-squelettiques, explosion des pathologies professionnelles... Une réalité trop longtemps occultée occupe désormais la scène publique française. Devant l'ampleur des " maladies du travail ", tout est secoué : entreprises, État, institutions, chercheurs et experts. Et, face aux dégâts engendrés, se multiplient dans l'urgence les fausses solutions qui risquent de virer au " despotisme compassionnel " sans rien résoudre sur le fond.

    C'est à ce paradoxe intenable qu'a voulu réagir le psychologue du travail Yves Clot dans cet essai aussi vif qu'informé, nourri de longues années d'expérience sur le terrain des rapports entre santé et travail. Il instruit le dossier en rassemblant les différentes pièces du puzzle social : discours officiels, analyses de situations concrètes, controverses scientifiques, commentaires et récits. Il montre comment la négation des conflits autour de la qualité du travail au sein de l'entreprise menace le collectif et empoisonne la vie des organisations. Pour Yves Clot, le plaisir du " travail bien fait " est la meilleure prévention contre le " stress " : il n'y a pas de " bien-être " sans " bien faire ".

    En se mobilisant autour d'une idée neuve du métier, avec tous les autres acteurs concernés - dirigeants d'entreprise, syndicalistes et spécialistes -, ceux qui, au travail, sont en première ligne peuvent eux-mêmes " retourner " la situation. Pour en finir, enfin, avec les " risques psychosociaux ".

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe

    1 autre édition :

  • La sociologie pour les nuls

    Jay Gabler

    Parution : 24 Janvier 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    La vie en société, mode d'emploi
    La société est en permanente évolution, et ce sont ces éternels changements dans notre quotidien qui font de la sociologie une discipline si cruciale. Étude des interactions sociales, la sociologie traite de tous ces sujets qui touchent notre vie courante, tels que la ville, la religion, la race, le genre, la culture...
    Offrant un vaste panorama des nombreuses théories de la sociologie, de ses concepts clés, de ses controverses et plus généralement de son application et de son importance dans notre vie de tous les jours, La Sociologie pour les Nuls nous permet d'avoir une meilleure compréhension des mécanismes sociaux ; pour mieux concevoir la société dans laquelle nous vivons, et la place que nous y occupons.
    Découvrez :
    - Le B.A.-BA de la sociologie
    - La société à travers les yeux du sociologue
    - Égalité et inégalité au sein d'un monde divers
    - Les arcanes de l'organisation sociale
    - La sociologie dans votre vie
    - Dix mythes sur la société déboulonnés par la sociologie

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Sociologue et danseur, l'auteur s'est immergé dans l'univers de la danse contemporaine pendant dix ans, partageant l'activité professionnelle des danseurs et danseuses enquêtés, mais aussi tous les moments hors travail qui, souvent, prolongent une façon d'être artiste
    Alors même que la carrière des danseurs est fortement soumise à la précarité et dépendante de leur capacité corporelle, de plus en plus de jeunes se présentent sur ce marché du travail. Comment comprendre cet apparent paradoxe ? Ce livre offre un éclairage inédit du métier de danseur et du style de vie qui lui est lié, en s'intéressant en particulier aux rétributions symboliques (plaisir de la scène, jubilation d'éprouver son corps, relative absence de routine...) qui expliquent que les danseurs vivent leur profession comme une vocation, parfois façonnée dès l'enfance.
    L'auteur, sociologue et danseur, s'est immergé dans l'univers de la danse contemporaine pendant dix ans, partageant l'activité professionnelle des danseurs et danseuses enquêtés, mais aussi tous les moments hors travail qui souvent prolongent une façon d'être artiste. Les auditions, l'entraînement quotidien, le travail de création, le rapport à la scène sont ainsi analysés " de l'intérieur ". Grâce aux très nombreux témoignages recueillis et à une approche très fine des trajectoires des personnes enquêtées, cet ouvrage permet d'ouvrir la boîte noire de la " vocation ", d'en montrer les recompositions tout au long des cycles professionnels traversés, jusqu'à la sortie du métier.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Comment est-on passé de la toute-puissance parentale à l'encadrement des parents par les professionnels de la santé et de l'éducation ? Un essai très original sur ces évolutions paradoxales et les mécanismes articulés autour de la question de l'autorité scientifique et morale.
    Comment est-on passé de la dénonciation de la " maternité esclave " par le MLF (Mouvement de libération de la femme) à la culpabilisation des mères ? De quelle manière la toute-puissance exercée par les parents sur leurs enfants a-t-elle cédé la place à l'encadrement des mères et des pères par les professionnels de la santé et de l'éducation ?
    Interrogeant pour la première fois ces évolutions paradoxales, Sandrine Garcia donne à voir comment, durant la lutte pour la régulation des naissances, de nombreux médecins dénoncent le magistère moral exercé par un Ordre des médecins majoritairement catholique, au profit d'une autorité se voulant uniquement scientifique. Puis, revisitant les étapes majeures de la construction de la " cause de l'enfant ", l'auteure montre comment nombre de psychanalystes de l'enfant - en particulier Françoise Dolto - investissent massivement le champ de l'éducation : le destin des femmes passe désormais par le bien-être de l'enfant tel que le définissent ces experts.
    Ce brouillage des registres entre clinique et morale aboutit, aujourd'hui, à la dénonciation d'une nouvelle maltraitance : la " violence éducative " qu'exerceraient les parents réfractaires aux bons usages. D'où l'émergence d'un militantisme individuel et institutionnel pour faire sanctionner les " déviances " parentales, au risque de stigmatiser les pratiques les plus éloignées de la norme incarnée par les classes moyennes : celles des milieux populaires.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Femmes slaves

    Leopold Von Sacher-Masoch

    Parution : 24 Janvier 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Jamais réunies en français de son vivant ou après sa mort, les dix nouvelles " Femmes slaves " de Sacher-Masoch font contrepoint à La Venus à la fou rrure (Stuttgart, 1870). Publiées en édition originale de 1889 à 1891 dans la Revue des deux mondes qui a largement contribué à faire connaître l'écrivain en France, elles ont pour décor l'empire austro-hongrois alors éclaté en de multiples provinces et nationalités à la fin du XIX e siècle. Sacher-Masoch ouvre son carnet de portraits de femmes vengeresses, de paysannes humiliées par les nobles, entre exotisme et cruauté et parfois une certaine drôlerie. Dix nouvelles destinées au grand public qui reposent sur un habile mélange de roman historique, d'érotisme discret et d'un soupçon d'exotisme slave qui nous emmènent en Pologne, Slovaquie, en Bosnie, en Serbie, en Croatie, au Monténégro. Dans " La journée de Gatzko ", Sacher-Masoch est sur les traces d'une femme combattante qui sauve son mari lors d'une bataille contre les Turcs. Dominatrices, sûres d'elles, indépendantes, ces femmes slaves valeureuses ne sont pas faites pour l'ornement d'un harem. La nouvelle " Le Banc vivant " sonne le glas des vieux Don Juan. Une paysanne courtisée par son maître qui l'accuse de vol retourne la situation en faisant de lui son " baudet, son divan ", ou plutôt son banc vivant sur lequel elle reçoit l'épouse trompée venant chercher son mari. Quand elle ne sont pas vêtues de la fameuse kazabaïka (" fourrure "), elles sont prêtes à monter sur les barricades ou à cheval lors des insurrections nationalistes qui troublent l'empire. Ainsi l'amazone de Prague meurt-elle sur une grande barricade " avec le sourire féroce d'une amazone bohême ".
    Republiée pour la première fois en texte intégral, l'étude de Thérèse Bentzon " Un romancier galicien : M. Sacher-Masoch " parue en 1875 dans la Revue des deux mondes démontre que " sa tâche est celle d'un peintre de la nature sauvage et de l'homme primitif, celle d'un pionnier ". La critique de Bentzon s'inscrivait dans le mouvement de reconnaissance que la France portait à l'écrivain apprécié aussi pour ses sentiments anti-allemands. Il fut décoré de la Légion d'honneur en 1883 par décret du Président de la République française.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Les engagements des travailleurs sociaux sont cependant mis à mal par la restriction des moyens dont ils disposent. Comment expliquer la pérennité des vocations et la persistance des investissements ? Comment font-ils pour tenir ? Tel est l'objet de ce livre, fruit d'une enquête ethnographique de longue durée.
    En dépit d'une faible reconnaissance scientifique et de rétributions économiques moyennes, le travail social, aujourd'hui accusé de favoriser l'assistanat, continue d'attirer de nouvelles recrues. Venir en aide, insérer socialement, diminuer les souffrances, agir sur leurs causes, sinon changer le monde, restent des objectifs mobilisateurs. Les engagements des travailleurs sociaux sont cependant mis à mal par la restriction des moyens dont ils disposent.
    Comment expliquer la pérennité des vocations et la persistance des investissements ? Comment font-ils pour tenir ? Tel est l'objet de ce livre, fruit d'une enquête ethnographique de longue durée. Prenant au sérieux les pratiques, même les plus triviales, elle a mis en évidence les différents modes de présentation qu'adoptent les travailleurs sociaux et les registres qu'ils mobilisent pour rendre compte de ce qu'ils sont et de ce qu'ils font. Elle a conduit à dégager trois pôles : les travailleurs sociaux cliniques trouvent leur énergie dans l'atténuation de la souffrance des usagers, les travailleurs sociaux militants dans le travail politique qu'ils entreprennent et les travailleurs sociaux normatifs dans la sensibilisation au respect des règles, perçu comme facteur d'intégration.
    Parce que le sens attribué à l'engagement est sans cesse questionné et parce que le désenchantement les guette, le livre montre les ajustements et réajustements qui ponctuent leur carrière et influent sur leurs " raisons d'être ".

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Face à l'" idéologie libérale de la torture " qui fait retour dans les démocraties occidentales, le philosophe Michel Terestchenko propose une réfutation serrée de tous les " arguments" fallacieux de ses zélateurs.
    Depuis le 11 septembre 2001, la torture est devenue, aux États-Unis, une pratique d'État politiquement et juridiquement justifiée par la " guerre globale contre la terreur ". Mais on sait moins, en Europe, qu'elle y a également fait l'objet d'une légitimation morale : pour d'éminents penseurs américains, la torture serait un mal nécessaire, voire un bien, dans certaines situations de menace extrême. Comment comprendre cette dramatique régression de la " première démocratie " ?
    La réponse à cette question est moins évidente qu'il n'y paraît. D'où l'importance de cet essai, où Michel Terestchenko l'affronte dans toutes ses dimensions. Historique d'abord, car les techniques d'" interrogatoire coercitif " sont le fruit de recherches scientifiques entreprises par l'US Army dès les années 1950. Juridique ensuite, avec les justifications légalisées par le Congrès américain, qui a permis la création d'un véritable archipel mondial de la torture. Philosophique et morale, enfin et surtout, avec une réfutation serrée de l'" idéologie libérale de la torture ". L'auteur explique notamment pourquoi son argument central, l'hypothèse de la " bombe à retardement " justifiant la torture de l'individu qui l'a posée, n'est en réalité qu'une fable perverse, popularisée notamment par la série télévisée " 24 heures ".
    Ainsi légitimée, démontre l'auteur, la torture devient le venin de la démocratie : en acceptant de briser les corps des hommes et des femmes " ennemis ", elle mine inévitablement les principes mêmes de l'État de droit, corrompant la société tout entière.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Pour un regard-monde ; entretiens avec Michel Sénécal

    Armand Mattelart

    Parution : 14 Avril 2011 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Conjuguer théorie et pratique, passé et présent, dimension locale et dimension supranationale, l'histoire inscrite dans la pluralité des cultures, tels sont les point cardinaux de cet intellectuel hors norme, qui revient ici sur son parcours.
    Armand Mattelart a consacré une grande partie de sa vie à penser la mondialisation de la communication et de la culture. Son oeuvre se révèle incontournable, tant elle est originale et multiple - preuve en est la traduction en de nombreuses langues dont elle a fait l'objet. Ce livre d'entretiens retrace la trajectoire de ce chercheur, en la replaçant dans les différents contextes sociaux et géopolitiques qui l'ont façonnée. En même temps que les idées en mouvement, on y découvre l'état des rapports de forces internationaux et la complexité du jeu des acteurs sociopolitiques dans les sociétés au sein desquelles Armand Mattelart a été appelé à vivre et à travailler.
    Explicitant des aspects relativement peu connus de ses recherches, il montre comment et pourquoi son parcours personnel est partie intégrante d'itinéraires collectifs. Pour lui, le défi qu'affronte tout projet de construction de l'histoire des modes de production et de circulation des dispositifs de communication et d'information est de conjuguer théorie et pratique, passé et présent, dimension lo-cale et dimension supranationale. C'est ce qui fait que cette histoire est inscrite dans la pluralité des cultures. La démarche généalogique qui caractérise si bien les ouvrages de cet intellectuel hétérodoxe est ici mise à contribution pour décrypter l'émergence d'un " regard-monde ".

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Comme au temps de Pierre Le Grand, tel un miroir à double face, Saint-Pétersbourg offre aux Russes une fenêtre sur le monde, et pour le monde, une image embellie de la Russie. Tournés vers l'Occident, les jeunes veulent vivre les rêves qu'il suscite. La drogue en est l'un des avatars. Consommée sans retenue, elle représente une évasion de la grisaille quotidienne plus qu'une contestation. Ils ont entre douze et trente ans, enfants des rues ou bannis de la société, étudiants de bonne famille ou anciens militaires, leurs chemins se croisent. L'ancienne capitale des tsars compterait 300 000 toxicomanes... Grand reporter, travaillant sur la Russie depuis dix ans, Nicolas Jallot a vécu l'effondrement de l'Union soviétique... Dans un paysage digne des romans de Dostoïevski, il démontre que la drogue n'est pas une fatalité. Des hommes consacrent leur vie à lutter contre ce fléau. Ce livre raconte leurs destins, parfois étonnants. Dans ce combat de David contre Goliath, ils prouvent que le développement d'un pays passe, aussi, par la réinsertion de jeunes à la dérive.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • L'opinion reste convaincue que l'interdit protège ; il n'en est rien. L'ambition de cet ouvrage concret et informé est d'Inventer les modalités de gestion de ces produits, avec lesquels nous devons apprendre à coexister.
    La guerre à la drogue a échoué. Tel est le bilan que viennent de tirer les pays d'Amérique latine, où son escalade a engendré toujours plus de violence et de corruption, et les États-Unis, où elle a entraîné en vingt-cinq ans l'incarcération de 31 millions de personnes. Aujourd'hui, les uns et les autres s'engagent peu à peu dans la recherche d'alternatives, en mettant en oeuvre des politiques qui ont fait leurs preuves, tout en développant de nouvelles expérimentations. C'est une démarche similaire qui, il y a plus de dix ans, a été adoptée en Europe. L'expérience accumulée - des traitements aux salles de consommation - a permis de faire des progrès décisifs, et notamment de savoir avec précision comment protéger la santé des usagers de drogues.
    Mais depuis 2007, la France connaît un violent backlash lié à l'adoption par Sarkozy de la politique de " tolérance zéro ", qui se traduit par une augmentation considérable des interpellations, des incarcérations des simples usagers, mais aussi de la violence liée au trafic. Dans ce livre très informé, Anne Coppel et Olivier Doubre recensent les expérimentations déjà en cours et proposent d'en initier de nouvelles. S'il ne fait aucun doute pour eux qu'il convient de dépénaliser l'usage de drogue, il faut, disent-ils, également développer toutes les expériences limitant l'emprise du marché noir tout en protégeant la santé (comme le cannabis thérapeutique en Californie, ou les " cannabis clubs " en Espagne). Il s'agit enfin, adopter une nouvelle approche de la lutte contre les trafics pour réduire les dommages, la violence, l'organisation mafieuse et la corruption qu'ils entraînent. Leur livre appelle ainsi à une nouvelle politique des drogues.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'intelligence sociale en danger

    Michel Chauvière

    Parution : 7 Juin 2012 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Notre héritage juridique, institutionnel, professionnel et cognitif, loin d'être la cause d'inutiles dépenses publiques et d'un assistanat chronique, constitue une ressource incontournable pour apporter une réponse solidaire et globale à la question sociale, qui nous interpelle tous.
    Au cours du XXe siècle, un modèle social s'est imposé en France au prix de luttes parfois dures et longues. Beaucoup d'intelligence et de pugnacité ont été nécessaires pour penser et mettre en oeuvre une architecture pertinente, à la hauteur des enjeux. Celle-ci repose notamment sur quatre principaux registres interdépendants : les droits, les institutions, les savoirs et les actes de métier.
    Or les politiques mises en oeuvre ces dernières années opèrent une dislocation de ces différents registres, au nom du pragmatisme, de l'individualisation ou de la performance. En outre, la recherche effrénée d'économies s'accompagne d'un lot de publicités mensongères (qualité, libre choix, droit opposable...). Un intense travail de remise en cause des représentations du social et des valeurs de solidarité est passé par là, contribuant à affaiblir les pratiques de terrain et la culture politique propres au champ social, malgré la remontée préoccupante des inégalités. Comment y résister collectivement ?
    Poursuivant la réflexion entamée dans Trop de gestion tue le social (La Découverte, nouvelle éd. 2010), Michel Chauvière montre ici que notre héritage juridique, institutionnel, cognitif et professionnel, loin d'être la cause d'inutiles dépenses publiques et d'un assistanat chronique, constitue au contraire une ressource incontournable pour apporter une réponse solidaire et globale à la question sociale qui nous interpelle tous.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • à l'école des compétences

    Del Rey Angelique

    Parution : 7 Février 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Le concept apparemment neutre de " compétences " s'introduit dans les systèmes éducatifs à partir d'une vision des jeunes comme une simple " ressource ". Comment s'opposer à un processus qui nomme " émancipation " un système sophistiqué de gestion des comportements ?
    Professeure de philosophie, l'auteure de ce livre a été confrontée comme nombre d'enseignants à une forte incitation émanant de l'Éducation nationale : celle d'évaluer systématiquement les " compétences acquises " par les élèves, sur des critères préétablis. Frappée par l'utilitarisme de cette méthode, elle a voulu en savoir plus sur son origine. À sa grande surprise, elle a découvert l'omniprésence de l'" approche par compétences " dans l'éducation : depuis les années 1980, celle-ci est de plus en plus utilisée, dans les pays du Nord comme du Sud, de la maternelle à l'université, pour l'évaluation personnelle des élèves comme pour celle des systèmes éducatifs nationaux. Ce qui l'a amenée à explorer un univers méconnu : celui du " marché des compétences ", fondé sur la théorie du " capital humain ", promue par des institutions internationales comme l'OCDE et l'Unesco.
    Ce livre restitue l'enquête conduisant à ces découvertes et explore les voies d'une " autre école " qui, plutôt que d'armer les élèves pour une " vie moderne " standardisée, assume les défis de la situation. Il plaide pour qu'enseignants et parents encouragent, par leur éducation, les jeunes à " suivre leur chemin ", quitte à les mettre en conflit avec les principes utilitaristes qui prévalent. C'est le prix pour que ceux-ci sachent demain s'épanouir dans le monde et le transformer.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Noirs d'encre

    Dominic Thomas

    Parution : 7 Février 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    À partir d'une étude comparatiste d'oeuvres littéraires d'écrivains africains, français ou antillais contemporains, une analyse des bouleversements qui ont résulté, en France, de la domination coloniale et postcoloniale, de l'affaiblissement de l'État-nation et de l'émergence de générations de jeunes exclus.
    Dans cet ouvrage original à plus d'un titre, Dominic Thomas explore les bouleversements qui ont résulté de la domination coloniale et postcoloniale, et les impacts sur les sociétés et populations africaines de la dissolution partielle des structures d'États-nations modernes en faveur de mécanismes supranationaux. L'auteur s'appuie sur une étude comparatiste d'oeuvres littéraires et donne à voir les circonscriptions transnationales issues du colonialisme et de l'immigration. Ainsi que l'émergence d'une littérature " afro-française ", qui rafle les prix littéraires internationaux et fait connaître la la+ngue, plus profondément sans doute que ne le peuvent les institutions de la francophonie.
    En mobilisant les apports de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, études francophones, Gender Studies, études sur les diasporas, études postcoloniales), Noirs d'encre souligne l'importance pour la société française de valoriser une nouvelle histoire de France qui ferait clairement comprendre que les diasporas noires se trouvent au coeur de l'ouverture de la France au monde, au coeur même de sa modernité.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Monde pluriel ; penser l'unité des sciences sociales

    Bernard Lahire

    Parution : 19 Mars 2012 - Entrée pnb : 21 Février 2014

    Comment dessiner une vue d'ensemble du monde social lorsque les cloisonnements disciplinaires et l'hyperspécialisation du savoir poussent les chercheurs à étudier des parcelles de plus en plus restreintes de ce monde ? Si cette fragmentation est une conséquence du processus de différenciation sociale qu'ils s'attachent à penser, elle est aussi ce qui les empêche d'en faire une lecture globale.
    Une question centrale donne pourtant aux sciences humaines et sociales un socle commun : pourquoi les individus font-ils ce qu'ils font ? Et elles y répondent d'autant mieux qu'elles parviennent à saisir les pratiques des acteurs au croisement de leurs expériences passées incorporées et des contextes de leurs actions présentes. Si la plupart des chercheurs en conviennent, peu s'accordent toutefois sur les cadres pertinents dans lesquels les acteurs doivent être situés pour analyser telle ou telle dimension de leurs pratiques. Soumettre les notions de " champ ", de " monde ", de " système " ou de " cadre de l'interaction " à l'examen critique, c'est dès lors œuvrer à leur jonction théorique.
    Bernard Lahire s'efforce ici de marquer une distance par rapport à l'état actuel des sciences humaines et sociales et aux clivages qui les traversent en nous donnant la possibilité d'entrevoir l'unité cachée d'un espace en apparence très morcelé.
    Bernard Lahire, professeur de sociologie à l'École normale supérieure de Lyon, a publié une quinzaine d'ouvrages, parmi lesquels L'Homme pluriel (Nathan, 1998), La Culture des individus (La Découverte, 2004) et Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, 2010).

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Notre usine est un roman

    Sylvain Rossignol

    Parution : 9 Décembre 2010 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Ouvriers, cadres, techniciens, chercheurs : le roman choral et la chronique d'un site industriel, récit intimiste et épopée contemporaine, sur un demi-siècle d'histoire.
    Ce livre est une première : jamais l'histoire d'une grande entreprise n'avait encore été écrite de cette façon, du point de vue de ses salariés. Après une longue lutte menée contre la fermeture d'un site de recherche pharmaceutique à Romainville, en région parisienne, des salariés de Sanofi-Aventis ont voulu raconter leur histoire collective du milieu des années 1960 à nos jours. Ils se sont regroupés en association et ont confié leurs témoignages à un écrivain qui a conçu ce livre comme un roman. Les trajectoires des personnages ? ouvriers, cadres, techniciens, chercheurs ? en forment la trame, à la fois chronique d'un site industriel et roman choral, récit intimiste et épopée contemporaine.
    Leur parcours dessine un demi-siècle d'histoire : celle des conditions de travail héritées du " paternalisme " industriel, de l'occupation de l'usine en Mai 68, de l'élection de François Mitterrand, de la vie syndicale au quotidien, du féminisme, des conséquences de la mondialisation, des fractures au sein du mouvement ouvrier... C'est le portrait d'une génération avec ses joies, ses espoirs et aussi ses désillusions qui est racontée ici de manière vivante et imagée.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Kate Moss machine

    Christian Salmon

    Parution : 2 Décembre 2010 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Kate Moss la " brindille " personnifie les idéaux-types du néo-management des années 1990, promoteur dans les entreprises de la " mobilité " et de l'" adaptabilité ", figure d'un nouveau sujet, incertain, précaire, flexible et même " liquide ", qui incarne à la fois la fin d'un monde et l'aube d'une ère nouvelle.
    Après Storytelling, la machine à raconter des histoires et à formater les esprits, Christian Salmon poursuit ici son enquête sur le " nouvel ordre narratif " en interrogeant la figure énigmatique de Kate Moss, mannequin célèbre dans le monde entier et nouveau mythe " trash " à l'âge d'Internet... Avec le corps maigre et mobile de Kate Moss, c'est une nouvelle figure qui apparaît au tournant du XXIe siècle, celle d'un sujet idéal, adaptable en toutes circonstances, capable de se réinventer sans cesse à travers la mise en scène et la narration de soi.
    Que nous dit cet idéal " mossien " ? Qu'il nous faut devenir stratèges de nous-mêmes, des sujets aguerris capables de faire un usage intensif de nos compétences et de nos affects, dans le but de donner la meilleure image possible. Qu'il n'y a pas d'autre rapport à soi que ce travail de mise en valeur, assisté par toutes sortes d'experts du développement personnel. Que les individus n'ont plus le choix qu'entre une vie échangeable et donc stylisée, relookée et coachée, et une vie non stylisée mais qui ne vaut rien et dont personne ne veut. Dans cette logique exclusive, nous sommes tous des mannequins anglais...

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Adopter un enfant

    Camille Olivier

    Parution : 1 Janvier 1990 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Envisage tous les problèmes des couples qui veulent adopter un enfant. L'adoption y est traitée sous tous ses aspects : sociologique, juridique, administratif, psychologique.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Malgré la notoriété de Pierre Bourdieu, bien peu connaissent l'importance, dans son travail théorique ultérieur, de ses premiers travaux empiriques, menés en Algérie dans la seconde moitié des années 1950. D'où l'intérêt de cet ouvrage, où le sociologue algérien Lahouari Addi revisite le corpus théorique de Bourdieu au regard de l'Algérie. (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2002.)
    L'oeuvre de Pierre Bourdieu, disparu prématurément début 2002, n'a pas fini de marquer la recherche en sciences sociales, tant en France qu'à l'étranger. Mais, malgré sa notoriété, bien peu connaissent l'importance dans son travail théorique ultérieur de ses premiers travaux empiriques, menés en Algérie dans la seconde moitié des années cinquante. D'où l'intérêt de cet ouvrage, où le sociologue algérien Lahouari Addi revisite le corpus théorique de Bourdieu au regard de l'Algérie. Il rappelle d'abord que Bourdieu s'est intéressé à ce pays dans une double perspective, sociologique et anthropologique, analysant d'une part les effets de la domination coloniale sur la société algérienne dans une perspective sociologique (avec Abdelmalek Sayad) et, d'autre part, en étudiant le village kabyle et sa culture dans une perspective anthropologique. Lahouari Addi démontre ensuite, de façon particulièrement éclairante, comment les concepts majeurs de l'oeuvre théorique de Bourdieu (habitus, capital social, violence symbolique...) ont été forgés dans ces recherches fondatrices : pour lui, la Kabylie n'a jamais cessé d'être une référence paradigmatique pour montrer le caractère caché des mécanismes de la domination sociale et le fondement historique de la rationalité du discours économique dans les sociétés occidentales.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Mutualistes et medecins

    Guillaume P

    Parution : 1 Janvier 2000 - Entrée pnb : 20 Janvier 2017

    Depuis 1850, la relation entre les médecins et leurs patients s'est trouvé modifiée par l'intervention d'un tiers : les sociétés de secours mutuel créées par les ouvriers et destinées à mutualiser les risques liés à la maladie. À travers ce regard historique, Pierre Guillaume tente d'analyser l'actualité des problèmes liés aux dépenses de santé.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Comment un État-nation trace-t-il les frontières de ce qu'il perçoit comme son " identité " ? Pourquoi et comment, pour y parvenir, cherche-t-il constamment à définir son extériorité au travers d'un Autre jugé " inassimilable " ? En revenant sur les origines historiques de l'injonction à l'assimilation dans la procédure de naturalisation, ce livre cherche d'abord à montrer que ces " frontières " sont mouvantes. Celles-ci sont en effet le fruit de facteurs multiples, liés au contexte social et politique aussi bien qu'aux glissements des significations et des usages du concept même d'" assimilation " (des colonies vers la métropole, du discours politique vers le juridique...).
    Mais, outre cette dimension historique, ce livre novateur analyse la manière dont l'administration mesure l'" assimilation " des candidats. Grâce à une enquête minutieuse en préfecture qui aura duré deux ans (2006-2007), l'auteur met ainsi en lumière l'invention des critères d'assimilation et les usages administratifs qui en sont faits, également déterminés par la concurrence de logiques administratives distinctes, les pratiques des agents subalternes et la " naturalisabilité " des candidats.
    La " vérité objective " de la naturalisation est particulièrement bien révélée par les cas de refus de naturalisation pour " défaut d'assimilation ", qui concernent aujourd'hui principalement des femmes et/ou des musulmans. Ces refus soulèvent ainsi les questions du hijab, de la polygamie et de l'" islamisme ", qui constituent à l'heure actuelle autant de frontières à la prétendue " identité nationale ".

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La tyrannie de l'évaluation

    Angélique Del Rey

    Parution : 7 Février 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014

    Être évalué paraît généralement aller de soi, voire être désirable : " On m'évalue, donc je suis. " Or ces évaluations sont tout à fait paradoxales : au nom de la rétribution au mérite, elles dénient le mérite véritable et engendrent un climat délétère de concurrence et de sauve-qui-peut. Ce livre en propose une analyse originale, qui, au-delà de la critique, réfléchit aussi à des pistes alternatives.
    Dans la vie quotidienne de chacun, jeune ou moins jeune, cadre ou ouvrier, à l'école comme au travail, dans les organisations publiques et privées, au niveau des politiques publiques, etc., les évaluations se font de plus en plus pressantes, diffuses, continues. Rendre des comptes, être visible, mesurable et surtout compétitif devient l'injonction permanente, stressante et très peu mise en cause. Être évalué paraît généralement aller de soi, voire être désirable : " On m'évalue, donc je suis. " Or ces évaluations sont tout à fait paradoxales : au nom de la rétribution au mérite, elles dénient le mérite véritable et engendrent un climat délétère de concurrence et de sauve-qui-peut ; au nom de " plus d'efficacité ", elles créent une forme inédite d'inefficacité ; au nom de l'objectivité, elles écrasent les différences, standardisent, normalisent.
    De cette omniprésence de l'évaluation et de ses méfaits, ce livre propose une analyse originale, qui, au-delà de la critique, réfléchit aussi à des pistes alternatives en résonance avec une intuition largement répandue : la complexité de la vie sociale n'est pas respectée. Les nouvelles évaluations rendent unidimensionnelle une vie multiple, ignorent les conflits qui font le coeur de l'individu comme de la société et, surtout, prétendent être justes et efficaces en dehors de toute situation réelle, en dehors de toute territorialisation.
    Une réflexion essentielle pour ne pas se soumettre à cette " évaluation qui tue ".

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Renouer avec la terre

    Jean Casanave

    Parution : 1 Janvier 1997 - Entrée pnb : 20 Janvier 2017

    Paradoxe : les déserts ruraux progressent, pendant que la course à la surproduction agricole affiche ses dérives les plus visibles : vache folle, pollution de l'eau, érosion des sols. Doit-on se contenter de gérer ces tendances, ou faut-il inventer une nouvelle alliance entre la terre et les humains ? Telle est la question à laquelle répond cet ouvrage. Pour comprendre les mutations du monde rural, l'auteur met en rapport les trois sources de sens d'une civilisation paysanne révolue : la terre, le travail et la religion. Taries par une exploitation sans mesure, ou par une trop grande négligence, celles-ci se perdent aujourd'hui dans la surenchère ou l'abandon, le chômage ou le stress, les sectes ou les intégrismes. La vitalité de l'espace rural s'en trouve menacée. Pourtant, une nouvelle alliance avec la terre est possible, faite de réseaux entremêlant le rural et l'urbain autour de valeurs de solidarité, de partage et de respect. Appuyées sur une connaissance fine du terrain, les réflexions et propositions de cet ouvrage aideront les acteurs du monde rural, mais aussi les urbains, à tracer les sillons d'une nouvelle culture et à dessiner les champs de l'avenir.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Babette handicapée méchante

    Elisabeth Auerbacher

    Parution : 31 Décembre 1981 - Entrée pnb : 21 Janvier 2017

    Les infirmes et les aveugles ne sont plus repoussés dans des Cours des miracles moyenâgeuses, mais sommes-nous sûrs que leur sort se soit tellement amélioré ? Babette Auerbacher, aujourd'hui avocate, a participé en 1973 à la fondation du groupe Handicapés méchants. Elle raconte sa propre expérience du handicap, du ghetto, de l'exclusion et des luttes. Avec la colère de vivre, sans relâche, elle se bat pour un changement immédiat. Dans le sillage du mouvement de mai 68, des petits groupes d'étudiants et de travailleurs handicapés ont commencé à revendiquer non seulement leur droit à la différence, mais aussi le travail sans discrimination, l'adaptation des logements et des transports, le droit à une vie sexuelle. Babette nous montre comment les mécanismes d'exclusion, de la différence, la peur de tout ce qui sort de la norme demeurent puissants. Ainsi l'enfermement, l'abandon, la misère, la souffrance, le désert affectif deviennent bien souvent le destin des handicapés. Et pourtant, les multiples sources de mutilations dans le monde contemporain (travail, automobile, sports, catastrophes) font de nous tous des handicapés en puissance.

    9999 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty