• Christophe Honoré, les corps libérés

    Mathieu Champalaune

    Parution : 20 Octobre 2020 - Entrée pnb : 16 Octobre 2020

    Cinéaste, écrivain, dramaturge, metteur en scène de théâtre et d'opéra, Christophe Honoré compte parmi les artistes français les plus singuliers de son époque. De son premier film, 17 fois Cécile Cassard, à l'autofiction Plaire, aimer et courir vite, il fait dialoguer l'intime et l'universel, et décline son amour pour la création artistique sous une multitude de formes.
    Son travail se nourrit de nombreuses influences, notamment de la Nouvelle Vague, ainsi que de sa complicité avec ses acteurs fétiches et le musicien Alex Beaupain. Observateur des moeurs modernes et des sentiments, attaché à la représentation des corps, il met en scène des personnages en quête d'affranchissement. Christophe Honoré, les corps libérés retrace le parcours de cet artiste qui interroge notre place dans le monde et dans le temps, tout en cultivant sa mythologie personnelle.

    Mathieu Champalaune est journaliste et critique de cinéma, de littérature et de théâtre. Il fait partie de la direction éditoriale de la revue de cinéma Répliques.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Rituels du monde ; carnet de tournage

    Anne-Sylvie Malbrancke

    Parution : 4 Décembre 2020 - Entrée pnb : 6 Décembre 2020

    Qu'est-ce qu'un rituel ? Comment le met-on en images ? Ce livre raconte comment l'on raconte. Rédigé après les tournages des quinze documentaires de la série télévisée Rituels du monde, diffusée sur Arte, il reprend ces histoires et en raconte une autre. Celle d'une jeune anthropologue qui a eu la chance de suivre des individus de tous horizons dans leurs métamorphoses et qui relate aujourd'hui, avec un point de vue partiel et partial, l'accueil que l'ailleurs lui a fait, les bouleversements qu'il a entraînés, les joies et les peines qu'il a déclenchées. Au-delà des rituels, ces textes parlent de rencontres et proposent une réflexion sur notre rapport aux autres cultures - et donc à la nôtre.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La mécanique Lucas Belvaux

    ,

    Parution : 17 Novembre 2020 - Entrée pnb : 17 Novembre 2020

    Avec ses longs-métrages - La Raison du plus faible, 38 Témoins, Chez nous... - Lucas Belvaux s'inscrit dans une tradition cinématographique réaliste et sociale. Le cinéaste belge interroge nos démocraties modernes sous plusieurs angles : la responsabilité individuelle, la place de la justice, la montée de l'extrême droite, ou encore la fin du monde industriel et son corollaire, le chômage de masse. Derrière un propos d'une grande cohérence, chaque film explore un genre différent. On passe ainsi de la comédie à la romance, du polar à la chronique judiciaire, de la tragédie au réalisme politique
    Au plus près des difficultés rencontrées par ses personnages, ses oeuvres possèdent une approche documentaire. Le nord de la France et la Belgique constituent ces principaux décors et plongent ses histoires dans une réalité post industrielle, populaire et poétique. Composé d'un essai introductif et d'un entretien, La Mécanique Lucas Belvaux explore une filmographie à l'image de la complexité de nos sociétés contemporaines.
    Quentin Mével est délégué général de l'Acrif et auteur de plusieurs livres d'entretiens avec des cinéastes (Noemie Lvovsky, Cédric Kahn, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Frederick Wiseman, Valérie Donzelli...). En 2017, il a coréalisé, avec André S. Labarthe, Mathieu Amalric, l'Art et la Matière.
    Louis Séguin est journaliste et critique de cinéma. Il a écrit pour les magazines Transfuge, Trois Couleurs et Chronic'art, avant d'intégrer la rédaction des Cahiers du cinéma en 2014. Il a coréalisé un moyen métrage avec Laura Tuillier (Les Ronds-points de l'hiver, 2016), et réalisé deux courts métrages (Saint-Jacques - Gay-Lussac, 2018, et Bus 96, 2019).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cinémiracles, l'émerveillement religieux à l'écran

    Timothée Gérardin

    Parution : 25 Août 2020 - Entrée pnb : 31 Juillet 2020

    Dès la naissance du cinéma et le court-métrage Le Christ marchant sur les flots de Georges Méliès (1899), les cinéastes se sont emparés des sujets religieux, et plus spécifiquement de la question des miracles. Dans de grandes fresques hollywoodiennes, telles que Les Dix Commandements (Cecil B. DeMille, 1956) ou Ben-Hur (William Wyler, 1959), le miracle constitue l'apothéose qui associe la sidération des spectateurs à un émerveillement religieux.
    D'Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955) à L'Apparition (Xavier Giannoli, 2018) en passant par Bruce tout-puissant (Tom Shadyac, 2003), le phénomène miraculeux a connu une multiplicité d'évocations, au cinéma et dans les séries. C'est à chaque fois une expérience-limite qui fait s'opposer l'invisible et le visible, la folie et la raison, le bien et le mal. Par la mise en scène, le miracle peut être sublimé, dénoncé comme supercherie, ou au contraire trouver une dimension nouvelle. Cinémiracles, l'émerveillement religieux à l'écran explore les modes de représentation du miracle, au croisement des questions esthétiques et spirituelles
    Timothée Gérardin est critique de cinéma. Il est le fondateur du blog Fenêtres sur cour et l'auteur de Christopher Nolan, la possibilité d'un monde (Playlist Society, 2018).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Kanye West ou la créativité dévorante

    Adrien Durand

    Parution : 11 Juin 2020 - Entrée pnb : 12 Juin 2020

    En trois décennies, Kanye West s'est imposé au coeur des conversations. Sa musique rassemble fans de hip hop, grand public, médias et penseurs. Ses albums ont changé la face du rap et ses collaborations ont redistribué les cartes au sein de l'industrie musicale. Sa vie chaotique, sa personnalité clivante, son narcissisme exacerbé suscitent le débat. Il appartient au clan restreint des musiciens capables de provoquer des changements sociaux et culturels au sein de l'Amérique contemporaine.
    Adoré, détesté, Kanye West se définit lui-même comme « le plus grand artiste en vie ». Ultra créatif, il s'illustre dans la musique, l'art, la mode, mais aussi la politique ou la religion. Son parcours et sa production questionnent la place de l'expression artistique dans la société actuelle, ses enjeux et ses limites.

    Adrien Durand est critique musical pour Les Inrockuptibles et communicant. Il est également le fondateur du fanzine Le Gospel. En 2019, il a emporté le prix du meilleur journaliste musical français au International Music Journalism Award du Reeperbahn Festival.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Coeur d'Alene ; ethnohistoire d'une communauté indienne d'Amérique du Nord

    Matthieu Charle

    Parution : 29 Août 2019 - Entrée pnb : 4 Septembre 2019

    Toutes les populations autochtones nord-amérindiennes ont subi le choc violent de la colonisation : massacres, épidémies et spoliations. L'histoire des Coeur d'Alene, groupe de langue salish du nord-ouest des États-Unis (Idaho), n'est guère différente. Ce qui la rend originale concerne les stratégies, en apparence radicales, déployées par ses membres pour faire face à ces bouleversements : sédentarisation, pratique de l'agriculture et conversion au christianisme. Tout ce qu'il faut pour devenir, aux yeux des Blancs, de "parfaits sauvages"...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Petite psychanalyse de l'argent.

    Patrick Avrane

    Parution : 11 Mars 2015 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Cette Petite psychanalyse de l'argent nous éclaire sur les ressorts inconscients de l'économie. Notre utilisation de la monnaie est, au même titre que la parole, le propre de chacun. Elle rend compte du désir qui nous anime. Il y a des mutiques et des avares, des prodigues et des bavards, des accents chantants et des voix sourdes, des pièces d'or et des billets usés.
    À partir de son expérience clinique, s'appuyant sur les travaux des économistes, ainsi que sur la peinture, la litté­rature et le théâtre où grippe-sous, paniers percés, flambeurs et radins abondent, Patrick Avrane, dans un style alerte, nous fait entendre ce que nous faisons de l'argent, comme ce qu'il fait de nous.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • The leftovers, le troisième côté du miroir

    ,

    Parution : 14 Octobre 2019 - Entrée pnb : 5 Octobre 2019

    Inspirée du roman de Tom Perrotta, The Leftovers (2014-2017) est la série héritière de Lost (2004-2010) : les deux oeuvres partagent le même showrunner, Damon Lindelof, et peuvent être vues comme les deux faces d'un même disque. Si Lost suivait le destin de disparus après le crash d'un avion, The Leftovers se consacre à ceux qui sont restés derrière à la suite d'un événement singulier et inexpliqué : la disparition soudaine, le 14 octobre 2011, de 2 % de la population humaine.
    Au sein d'un monde hanté par le doute, le mystère et l'ambiguïté, la série présente des personnages qui pensent parfois avoir compris le sens de leur vie, à tort. Les spectateurs, eux, sont emmenés sur un très grand nombre de fausses pistes, alors que l'évidence est sous leurs yeux. The Leftovers met en scène non seulement la fin de l'humanité, mais surtout le déni des êtres humains devant l'extinction du vivant, dont ils sont eux-mêmes responsables. Dans notre monde en crise, The Leftovers, le troisième côté du miroir interroge la capacité de la fiction à résoudre les maux des humains et à les aider dans les combats à venir.
    Sarah Hatchuel est professeure en études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Paul-Valéry Montpellier 3 ; elle est l'autrice d'ouvrages sur Shakespeare à l'écran et sur les séries télévisées américaines.

    Pacôme Thiellement est écrivain et vidéaste. Il travaille sur la pop et la gnose. Il est notamment l'auteur de : Les Mêmes Yeux que Lost (Éditions Léo Scheer, 2011), Pop Yoga (Sonatine, 2013), La Victoire des sans roi (PUF, 2017), Trois essais sur Twin Peaks (PUF, 2018).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Valérie Donzelli, noir fluo

    ,

    Parution : 14 Janvier 2020 - Entrée pnb : 21 Décembre 2019

    Valérie Donzelli élabore un cinéma dans lequel les personnages se réinventent face aux difficultés. Emplis de fantaisie, ses longs métrages - La Reine des pommes, La guerre est déclarée, Main dans la main, Marguerite et Julien, Notre dame - jouent avec le rythme et les expérimentations pour fabriquer de la comédie. Le burlesque et le tragique s'y côtoient, dressant des parcours de vie pleins de contrastes.
    Composé d'un essai introductif et d'un entretien, Valérie Donzelli, le tourbillon de la vie traverse l'univers d'une cinéaste française singulière, qui interroge les relations humaines avec une vivacité mélancolique.
    Thomas Messias écrit pour Slate et est l'auteur du Nouveau Cinéma argentin (Playlist Society, 2015). Quentin Mével est délégué général de l'Acrif et auteur de plusieurs livres d'entretiens avec des cinéastes (Noemie Lvovsky, Cédric Kahn, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Frederick Wiseman, Henri-François Imbert, Pierre Salvadori...)

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Il est fréquent de rêver au temps qui passe trop vite, à ce temps qui nous file entre les doigts, ce temps que nous voudrions retarder en lui gardant la couleur d'un « déjà passé ». Cette illusion de « suspendre » ou « d'accélérer » le temps nous tient à coeur car elle est bien là pour nous persuader que nous avons une emprise sur lui. Il nous est difficile d'accepter l'idée que « le temps est un vide ». En disant qu'un « jour est historique », un tel effet d'annonce nous donne l'illusion d'une prise de possession du temps. L'idée même d'histoire, dans la vie quotidienne, ne semble prendre sens que dans une relation de défi entre ce qui arrive - l'événement - et le sentiment de destin. Quel sens a la passion contemporaine de la restauration patrimoniale du passé ? La reconfiguration des paysages obéit à des modèles de plus en en plus identiques comme si notre regard devait se satisfaire de la négation même des métamorphoses naturelles. Face à la contingence du futur, la représentation la plus commune de la continuité temporelle puise sa légitimité dans la sauvegarde acharnée des « mémoires collectives ». Mais une grande crise de la mémoire s'annonce avec la maladie d'Alzheimer - l'ivresse du désoeuvrement de la mémoire.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Cultures et ruralités ; le laboratoire des possibles

    Collectif

    Parution : 21 Mai 2019 - Entrée pnb : 23 Mai 2019


    Vivante et plurielle, vieille comme l'humanité, la culture constitue l'une des principales richesses des territoires et contribue subtilement à leur développement humain, social et économique. Qu'elle soit personnelle ou collective, créative ou patrimoniale, elle fleurit de toutes parts, à la croisée d'initiatives privées et publiques, pour donner cette couleur singulière au territoire où elle essaime.

    Ce livre, par la diversité de ses plumes et de ses points de vue, tente de dessiner l'écosystème que forment les artistes, les acteurs culturels, les habitants, les élus, dans leur démarche remarquable de « brodeuse pour faire du cousu main », pour reprendre la belle expression de Fabienne Corteel.

    Tous agissent, sur un mode coopératif le plus souvent, pour placer l'humain et l'utilité sociale au coeur du développement, pour aller à rebours de l'uniformisation des idées, des formes et des désirs. Les politiques culturelles tiennent alors un rôle essentiel, d'impulsion et d'accompagnement. A l'heure des droits culturels, elles doivent prendre soin des femmes et des hommes qui font le territoire, qui l'habitent et le parcourent.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Des bibliothèques pour Marseille ; en finir avec l'indolence

    José Rose

    Parution : 13 Février 2020 - Entrée pnb : 9 Février 2020


    Lieux de culture, de formation, de détente et de brassage social, les bibliothèques ont beaucoup évolué ces dernières années, mettant à la disposition d'un public de plus en plus nombreux des ressources et des services de plus en plus variés.
    Mais dans ce mouvement de renouvellement, Marseille a pris du retard. Ses bibliothèques municipales sont trop peu nombreuses, leurs fonds disponibles pas assez importants et le nombre des inscrits y demeure faible. Le ville dispose pourtant d'atouts : un établissement de référence (l'Alcazar), des professionnels compétents, des animations multiples, ainsi qu'un important tissu associatif. Mais ils ne sont pas suffisamment mobilisés.
    Partant de ce double constat, ce livre plaide pour une politique de la lecture publique à Marseille qui s'appuie sur des bibliothèques plus nombreuses, plus ouvertes, plus inventives et mieux adaptées aux attentes de chacun. Outil de démocratie et de réduction des inégalités, la bibliothèque est une institution véritablement républicaine. C'est pourquoi, la mise en oeuvre d'une politique ambitieuse en matière de lecture publique devra constituer l'un des axes de la reconstruction de Marseille pour la prochaine équipe municipale.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La culture a-t-elle d'abord une visée émancipatrice ? Le sport favorise-t-il le lien social ? L'art est-il autonome et détaché de toute contingence sociale, économique et politique ? Les loisirs permettent-ils aux travailleurs d'accéder à la culture dominante par l'éducation ou sont-ils le lieu de l'élaboration d'une culture populaire singulière ? A travers la notion d'agir culturel qu'il décline tout au long de l'ouvrage, Lionel Arnaud répond à ces questions formulées à l'aune de la situation et des enjeux contemporains. Pour cela, il brosse l'histoire de la politique culturelle et sportive mais aussi, bien sûr, de l'éducation populaire, avec ses mouvements, ses valeurs et ses figures (Léo Lagrange, Jean Zay, Jeanne Laurent, Benigno Caceres, Jean Vilar, Joffre Dumazedier...).

    /> En analysant l'évolution vers une « action culturelle » apte à identifier et à diffuser les oeuvres artistiques qu'il légitime, il montre comment l'Etat, sous couvert de « populariser » la culture, a pris soin de dissocier le contenu de l'agir culturel des pratiques jugées trop peu réflexives.

    Mais la dimension transversale et participative des usages du XXIe siècle, notamment numériques, semble réaliser l'utopie de l'agir culturel où le spectateur deviendrait acteur et où seraient redéfinies les frontières entre amateurs et professionnels, entre secteur marchand et secteur non marchand.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • REVUE AGONE N.51 ; campagnes populaires ; campagnes bourgeoises

    Revue Agone

    Parution : 13 Mai 2016 - Entrée pnb : 15 Mai 2016

    « Quand vous portez un habit et que vous êtes sur un cheval, déjà vous ne voyez pas les choses de la même façon... Quand on est à cheval, on ne voit pas le chemin de la même façon, on ne voit pas la forêt de la même façon, on ne voit donc pas les gens de la même façon non plus. Et je pense qu'il faut être infiniment plus attentif et plus prudent quand on a justement et l'autorité et le cheval et le chapeau à plumes et la trompe et le machin... Vous voyez, je caricature un peu mais il faut faire beaucoup plus attention aux réactions des gens. Il faut pouvoir assumer une certaine légitimité. Et dans la chasse à courre, la légitimité, eh bien, c'est la culture, c'est l'éducation, c'est savoir sonner... » Jean Rives, maître d'équipage du Rallye du Rocher.
    Les représentations dominantes des espaces ruraux ignorent ses habitants au profit d'une esthétisation (une nature sans habitants) ou d'une stigmatisation (les ploucs). Vus des villes, ces espaces sont perçus comme des territoires essentiellement agricoles ou comme de simples lieux de détente pour vacanciers et résidents secondaires. Or les campagnes françaises se caractérisent d'abord par la présence massive de classes populaires, la proportion d'ouvriers augmentant à mesure que l'on s'éloigne des villes. Loin d'être des espaces pacifiés et unanimistes, les communes rurales et périurbaines connaissent des logiques de différenciation sociale et des conflits d'usage. A l'image des agriculteurs, groupe éclaté en différentes fractions, les campagnes sont traversées par des rapports de classe et des inégalités sociales. De la bourgeoisie agricole aux ouvriers ruraux, quels sont les groupes sociaux en présence et quelles relations entretiennent-ils ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • De la nordicite au borealisme

    Ballotti Alessandra

    Parution : 25 Mai 2020 - Entrée pnb : 26 Mai 2020

    Ces dernières années, à travers romans et sériés télévisées (Vikings, Millennium, Borgen ou Occupied), la culture nordique a gagné en visibilité internationale. Simultanément, les chercheurs s'interrogent sur ce qu'est le Nord, sa conceptualisation, ses implications culturelles, ses caractéristiques géographiques, ses enjeux sociaux et politiques. Ce volume s'insère dans le débat actuel sur l'imaginaire nordique à partir d'une notion - la nordicité - qui interagit tout particulièrement avec le boréalisme.
    Pluriel et mouvant, moteur constant de redéfinitions, le Nord inspire une fabrication tant scripturale que figurale fondée sur le désir, le rêve, la fascination ou le fantasme. Le Nord réel, tangible contingent, n'est que la surface apparente d'un Nord fabriqué et inventé. Comment dire aujourd'hui la nordicité ? Une théorie du Nord est-elle possible ? Ce volume s'attache à répondre à ces différentes questions en réunissant les contributions de chercheurs en études nordiques, littérature, linguistique ou sciences humaines : chacun dispose ici d'une carte blanche pour définir sa conception de la nordicité.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le francais parlé à Bordeaux

    Jean Bonnemason

    Parution : 20 Décembre 2013 - Entrée pnb : 9 Décembre 2015

    Le français d'ici est cette langue aquitano-gasconne pratiquée dans la deuxième moitié du XXe siècle, à Bordeaux, capitale de l'Aquitaine ; nous l'avons retenue pour objet de notre étude. Langue constituée au cours de l'histoire, par les « apports » des différentes populations - issues en général de l'Aquitaine, au sens large, sans oublier celles issues de la péninsule ibérique qui ont contribué au peuplement de la cité gasconne. Ce « français d'ici » (nous garderons cette appellation tout au long de notre ouvrage, la préférant à celle de « français régional », entachée à nos yeux d'une connotation lui déniant son statut de langue à part entière) qui - comme toutes les langues -, évolue et continue à vivre aujourd'hui même en 2008 en tant que variété constitutive de la langue française, ce qui est une idée encore peu couramment admise ; pour ne prendre qu'un exemple, une personne demandant de la « palanque » à son boucher n'a pas forcément conscience - ignorant le plus souvent le terme français « bavette de flanchet » -, d'employer un mot du français d'ici... (extrait de l'avant-propos).
    Une étude linguistique, avec abondance d'exemples et index de recherche, qui ravivera certainement les souvenirs des locuteurs naturels qui s'y retrouveront avec surprise ou émotion, car ce français d'ici a été la langue de tous les jours des Bordelais de souche et d'adoption, même si la globalisation tend aujourd'hui à en gommer les traits les plus caractéristiques...

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Découvrir Ouessant, cette île hors normes, « île de l'épouvante » pour certains, mais île attachante entre toutes, à 20 km des côtes du Finistère, véritable condensé de toutes les beautés de la Bretagne.
    Il est difficile de visiter l'île d'Ouessant de fond en comble pour la plupart de ceux qui y viennent - souvent pour la journée, entre deux bateaux. Alors voilà un condensé de visite qui ne se veut pas exhaustif mais qui propose une vision de l'île d'Ouessant dans ses diverses saisons, dans ses divers états. Pour emporter en souvenir, que l'on vienne en bateau ou en avion, ou pour offrir et donner envie d'y aller...
    Eric Chaplain, éditeur régionaliste depuis plus de 30 ans, en participant au salon du livre insulaire d'Ouessant, s'est laissé inoculer le virus des îles, bretonnes en particulier. Il a initié une collection de beaux-livres sur les îles du littoral atlantique. Il en propose ici une sorte de « condensé de voyage ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Elvira time, tome 3 : back in time

    Mathieu Guibé

    Parution : 1 Novembre 2017 - Entrée pnb : 26 Octobre 2017


    Il fut une époque pas si lointaine où Elvira Time n'était pas encore la chasseuse de vampires radicale, mais une ado normale. Enfin de qui se moque-t-on ? Elvira n'a jamais été normale, mais elle incarnait une joie de vivre palpable. Elle abordait l'aube du lycée en parfaite reine des élèves, fière et forte comme son père, l'impayable mercenaire qui surprotégeait sa fille, qu'il avait pourtant élevée au rang de tueuse. Une tueuse avec une soif de sang trop grande - un comble pour une chasseuse de vampires me direz-vous. L'impatience et l'impulsivité d'Elvira ont mis en marche des rouages qui n'étaient pas encore bien huilés, écrasant bon nombre de grains de sable dans l'opération...
    Je fus le témoin de sa descente aux enfers, un acteur de son combat pour ne pas sombrer, le spectateur de sa renaissance. Ces pages sont mes mémoires, le récit de ma vie, allié de la plus badass des héroïnes. Hier et à jamais, je serai son meilleur soutien.
    Je me nomme Jericho Kaynes et je serai toujours présent pour rattraper le Temps perdu.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Series tv generiques

    Sébastien Hubier

    Parution : 24 Juin 2020 - Entrée pnb : 26 Juin 2020

    Le générique télévisuel semble être l'art dans lequel, par essence, se mêlent, se conjuguent et, dans le meilleur des cas, se subsument, différentes disciplines et champs créatifs : la musique, originale avec création d'un score neuf, ou réutilisée à partir de classiques connus de tous, mais au pouvoir aigu de rassemblement du public, la typographie, ou encore le montage. C'est grâce à ce creuset où bien des expérimentations sont nées qu'ont pu, justement, exister des génériques inventifs et originaux, extrêmement différents dans leur spécificité même, des génériques que le présent volume se fixe pour objectif d'étudier, afin d'en appréhender les rouages marketing, les raisons juridiques et économiques, leur caractère paradoxal, ou encore leur statut narratif et esthétique singulier.

    Sébastien Hubier enseigne les comparative cultural studies à l'université de Reims-Champagne-Ardenne et à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'imaginaire érotico-pornographique occidental et les fictions cinématographiques contemporaines.


    Emmanuel Le Vagueresse est professeur à l'université de Reims Champagne-Ardenne et enseigne au campus euro-américain de l'Institut d'Études Politiques de Paris. Il est spécialiste de littérature et de cinéma espagnols contemporains, et traducteur de poésie.

    Ils ont coordonné tous deux Séries télé : Saison un, paru aux Éditions de Ta Mère (Montréal), en 2014 ainsi que Gender et séries télévisées et Séries télévisées. Hybridation, recyclage, croisements sémiotiques, parus aux Éditions et presses universitaires de Reims en 2016.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Lilly et Lana Wachowski, la grande émancipation

    Erwan Desbois

    Parution : 24 Septembre 2019 - Entrée pnb : 14 Septembre 2019

    En 1999, Lana et Lilly Wachowski ont réalisé Matrix , l'un des films majeurs de la transition entre le XXe et le XXIe siècle. Dans cette oeuvre comme dans toutes les autres, les deux soeurs inventent de nouvelles manières de penser et de concevoir le septième art, sans renier leurs ambitions populaires. Derrière la variété des genres abordés (film noir, science-fiction, adaptation de manga, space opera...), l'oeuvre des Wachowski est d'une grande cohérence thématique et humaine. De Bound à Cloud Atlas en passant par la série Sense8, leurs créations sont liées par un engagement commun : accomplir son émancipation personnelle.
    Cette quête de liberté fait écho à l'histoire intime des deux soeurs, avec en point d'orgue leurs transitions de genre. Lana et Lilly Wachowski nous invitent à trouver dans les films des beautés et des vérités qui nourrissent positivement nos identités, nos valeurs, nos luttes. Lilly et Lana Wachowski, la grande émancipation nous plonge dans leur expérience personnelle du cinéma hollywoodien, où il est question de courage, de confiance, d'élévation : en somme, de cette transcendance dont l'art peut se faire le vecteur.
    Erwan Desbois est critique de cinéma. Il appartient au comité de rédaction du site Accreds, écrit pour la revue en ligne Playlist Society et est membre de l'ICS (International Cinephile Society). Il est l'auteur de J. J. Abrams ou l'éternel recommencement (Playlist Society, 2017).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'approche culturelle

    Paul Claval

    Parution : 28 Mai 2020 - Entrée pnb : 29 Mai 2020

    Pour l'approche culturelle, les capacités de l'être humain reposent sur le bagage que lui donne sa formation et qui structure son comportement et pèse sur l'organisation de l'espace. Le transfert d'informations dont il résulte s'effectue par la parole et par l'observation. Il mobilise des codes, des signes et des symboles, et dépend des moyens de communication utilisables - oralité, écriture, médias. Les réseaux qui canalisent l'information et les forums où elle s'échange structurent l'espace social.Ce qui est transmis est emmagasiné sous forme de réflexes inscrits dans le corps et de connaissances mémorisées par l'esprit ; c'est de plus en plus enregistré sur des supports matériels.La culture dote les individus de savoirs qui leur donnent prise sur le réel et d'imaginaires qui combinent ce qu'apportent les sens et ce que crée l'imagination. Ces imaginaires orientent l'action ; en forgeant des ailleurs au-delà ou en-deçà du réel, ils font naître des mondes plus parfaits et plus désirables que celui où nous vivons : les hommes y lisent ce qui doit être. La culture superpose ainsi un ordre normatif à celui du réel.La culture rend les individus conscients de ce qu'ils sont et les dote d'une identité. Elle offre à chacun un champ où s'illustrer en répondant mieux que les autres aux attentes collectives - ou en rompant avec les normes proposées. Elle devient un des moteurs de la compétition sociale et y introduit des dynamiques de civilisation - ou d'éclatement et de déclin.L'approche culturelle éclaire les problèmes d'actualité : la critique de la civilisation occidentale, la mise en cause des élites intellectuelles, la prolifération des fake news, la montée des fondamentalismes, la crise de l'Etat-nation, la résurrection de la cité-Etat.Géographe, Paul Claval a longtemps professé à l'Université de Paris-Sorbonne. Auteur prolifique sur des thèmes variés, il est un des premiers à s'interroger sur les fondements épistémologiques de la géographe. Par ses travaux, il contribue au renouvellement de plusieurs de ses branches. Il est notamment l'un des spécialistes et des théoriciens de la géographie culturelle. Il a d'ailleurs fondé, en 1992, la revue Géographie et cultures.Sept doctorats honoris causa lui ont été délivrés par des universités étrangères, dont le dernier par l'Université de Montréal : ils soulignent l'ampleur et la portée de son oeuvre, et son exceptionnelle stature intellectuelle.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Études d'histoire de la géographie

    Paul Claval

    Parution : 18 Juin 2020 - Entrée pnb : 19 Juin 2020

    Simple décor des évènements historiques, la connaissance de l'espace des hommes est devenue, grâce aux naturalistes, le milieu d'où nous tirons l'air, l'eau et les aliments dont nous avons besoin. Les études de terrain ont appris à l'appréhender comme cadre de la vie quotidienne des peuples ; elles ont souligné la longue durée de ses évolutions. Hommes de lettres et artistes nous ont aidé à découvrir la beauté et le sublime de lieux où nous aimons nous ressourcer. Une analyse des imaginaires révèle la prégnance des autres mondes d'où nous viennent principes et valeurs.L'histoire de la géographie fait comprendre le métier de géographe, apprécier les chercheurs qui nous ont précédés mais découvrir aussi les présupposés qu'ils n'ont pas su expliciter et qui ont freiné le développement de la discipline. Elle nous fait comprendre d'où nous venons et nous aide à choisir plus librement les orientations à venir de nos travaux.
    Les textes ici rassemblés répondent à trois préoccupations :1- Comment s'est bâtie l'histoire de la géographie ? 2- Comment s'est développée l'histoire de ses composantes culturelle, économique et historique ? 3- Qu'apporte l'étude de ceux qui se sont attachés à penser l'espace - dans cet ouvrage, Pierre Denis, Marc Bloch, Eric Dardel, Edward Said, Henri Lefebvre et David Harvey ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La Transgression selon David Cronenberg

    Fabien Demangeot

    Parution : 21 Janvier 2021 - Entrée pnb : 12 Janvier 2021

    Après ses débuts dans la sphère underground de Toronto, à la fin des années 1960, David Cronenberg s'est imposé comme un auteur majeur capable de passer avec aisance du mainstream à l'expérimental, sans perdre sa singularité de cinéaste.Son oeuvre met en scène des corps mutants, façonnés par la science et la technologie, comme dans La Mouche ou Crash, ou simplement victimes de l'environnement dans lequel ils évoluent. À travers eux, le cinéaste explore les zones insoupçonnées de l'inconscient et interroge la nature, à la fois provocatrice et libératrice, du fantasme.La Transgression selon David Cronenberg analyse l'oeuvre d'un observateur de la nature humaine qui redéfinit, par le biais du corps, notre rapport au monde, à l'esthétique et à la morale.Fabien Demangeot est docteur en Lettres modernes et en Études cinématographiques. Enseignant dans le secondaire et chargé de cours à l'Université, il écrit également pour la revue en ligne Le Rayon vert.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le train est-il une « machine à souvenirs » et un « lieu de rencontres inattendues » ? Au cinéma, comme dans la littérature, le train joue souvent le rôle de décor actif, il paraît « donner vie » aux personnages en créant des ambiances. Quelles sont les images et les réflexions qui viennent à l'esprit des voyageurs pendant le temps du trajet ? Comment le territoire est-il appréhendé dans l'imaginaire collectif? Chacun a « ses » histoires avec le train comme si le rythme ferroviaire des déplacements ou des voyages plus lointains forgeait des bribes de récit de la vie. Quant à la vision du train qui entre en gare, quant à la fumée que la machine à vapeur lançait vers le ciel, pareilles images ne quittent pas notre mémoire... Le train sera toujours un mythe.Amplitudes propose une rencontre entre des points de vue personnels et des analyses d'experts autour de l'intensité des phénomènes qui se vivent sur les territoires dans la vie quotidienne.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty