• Ethnologie du bureau ; brève histoire d'une humanité assise

    Pascal Dibie

    Parution : 3 Septembre 2020 - Entrée pnb : 27 Juin 2020

    Comment s'est structuré le contrôle de l'homme assis. Un voyage du copiste au co-working.
    Un texte savant, bien écrit et amusant.
    Après L'Ethnologie de la chambre à coucher et celle de la porte, l'auteur nous invite à nouveau à nous regarder nous-mêmes dans une de nos occupations les plus répandues lorsque l'on parle du travail aujourd'hui, à savoir : être au bureau. Du moine bénédictin au jeune cadre contemporain, de la société du bureau de Napoléon au bureaucrate kafkaïen, du pupitre du copiste au nomadisme numérique du co-working, ce livre est un voyage dans ce qui fait du bureau et du travail sédentaire le centre du développement de nos sociétés modernes.
    Toujours avec humour, sensibilité et une connaissance encyclopédique, Pascal Dibie, en ethnologue, nous fait remonter dans notre histoire et réussit, sans que l'on se rende vraiment compte, à nous faire prendre conscience de la complexité réelle et déterminante de nos vies assises : une aventure de plus de trois siècles partagée au quotidien par cinq milliards de personnes dans le monde (oui, dont vous) !
    À propos d'Ethnologie de la chambre à coucher (ouvrage traduit en 15 langues) :
    « La chambre à coucher devient cosmique, le pieu s'oriente, se charge de mythes et de rituels. En fait le monde est un dortoir et la tâche de Pascal Dibie infinie. » - Libération
    À propos d'Ethnologie de la porte :
    « Pascal Dibie a franchi le pas pour s'arrêter à nos portes. Une petite merveille, hors des sentiers battus et pleine de surprises. » - Le Figaro littéraire

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • "La différence des temps fait que les choses ne se répètent jamais à l'identique. Aucun événement historique ne se reproduit sous la forme et dans les circonstances où il est advenu une première fois. Les défilés de chemises noires, brunes, vertes, en ordre martial alors que la rue constituait l'unique espace de mobilisation générale, n'est plus, du moins ainsi que nous le connaissions sous forme de défilés à bruits de bottes. Bien sûr il y a de drôles de voix qui nous parviennent aujourd'hui... des voix qui malgré tout - et c'est aussi là qu'est notre interrogation sur « demain » - prononcent encore le mot « démocratie » même si elles tendent à le remplacer par « peuple ». En avons-nous fini avec le fascisme, comme nous savons qu'il a existé ?"

    Pascal Dibie est professeur d'éthnologie à l'Université Paris Diderot-Paris 7, où il co-dirige le pôle des sciences de la ville. Il est notamment l'auteur de Éthnologie de la chambre à coucher (traduit en 15 langues et vendu à 30 000 exemplaires ; Grasset, reprise en Suite Métailié), La Tribu sacrée, ethnologie des prêtres (Grasset, reprise en Suite Métailié), et La Passion du regard, essai contre les sciences froides (Métailié).

    30 prêts - 1825 jours
    20 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe

    1 autre édition :

  • Ethnologie de la chambre à coucher

    Pascal Dibie

    Parution : 18 Février 1987 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    La grande aventure du repos des hommes présentée ici, non sans humour, est une odyssée dont le navire a nom "matelas" et dont le panthéon multi-spire abrite des dieux tels Silvanus, Picumnus et autres Sopha. L'auteur évoque le "tiers endormi" de l'histoire de l'humanité : il met en scène les empereurs romains élucubrant au fond de leur lit, réhabilite les rois fainéants, surprend l'Eglise dans le mitan du lit et conte l'invention de la chambre conjugale. Au chevet du monde, il nous apprend aussi que dormir est une technique, la chambre un lieu de culture, et il nous fait pénétrer dans les chambres-villages d'Amazonie, les dortoirs d'enfants en Inde, les lits de romance et les lits de douleur.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Le village metamorphose

    Pascal Dibie

    Parution : 7 Novembre 2013 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Dans un village de Haute Bourgogne, où l'auteur réside depuis son enfance, nous découvrons le peuple souverain qui vit une des plus grandes mutations de son histoire millénaire.

    "Nous somme montés dans le train à grande vitesse de la modernité sans trop nous en apercevoir et, lorsque nous regardons par la fenêtre, le paysage défile si vite que nous n'arrivons plus ni à le lire ni à le retenir. J'ai l'impression que nous sommes devenus des spécialistes de l'oubli..."
    Vingt-sept ans après la publication de Village Retrouvé (1979), l'ethnologue Pascal Dibie publie le Village métamorphosé. C'est de nouveau de Clichery, en Bourgogne, où il réside depuis son enfance, qu'il tire des observations ayant valeur universelle. Un voyage hallucinant, profond, au coeur de notre rurbanité naissante.
    Il nous invite à revisiter notre société qui vit une des plus grandes mutations de son histoire millénaire. S'intéressant à nos actes les plus modestes, à cette banalité qui inscrit les jours de nos vies dans le long calendrier de l'histoire, l'auteur décrit un quotidien où le monde des signes et des aménageurs de paysages est roi, où la voiture, la cybernétique et la consommation sont maîtresse de nos têtes, de nos temps et de notre économie, où la religion s'abstrait jusqu'à accepter le changement des rites funéraires et à nous laisser exclure nos morts, où l'agriculture se "scientifise" à outrance et nos paysages se patrimonialisent...
    Une antique société se meurt, l'égoïsme de chacun s'affirme et ce qui fut le paysan, l'homme en pays, devenu hautement technicien et déculturé, réussit à s'insérer dans la brume de la mondialisation qui le gagne et le dévore.
    Cette ethnologie déguisée en récit, où se croisent pensées brutes et carnets de terrain, portraits de maîtres et réflexions profondes, inscrit Le Village métamorphosé parmi les plus grands ouvrages de Terre Humaine.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    5 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • Ethnologie de la porte

    Pascal Dibie

    Parution : 4 Octobre 2012 - Entrée pnb : 21 Mars 2020


    Qu'est-ce qu'une porte ?

    Dans sa définition même elle implique l'existence d'un "dehors", autrement dit de ce qui est "hors de la porte". Nous y sommes : la porte est d'abord vue de l'intérieur de la maison par celui qui s'y inscrit... A partir de là tout est à penser : le dedans, le dehors, l'ouvert, le fermé, le bien-être, le danger, et c'est pour elle que nous nous sommes institués, nous les hommes, en grands paranoïaques autant qu'en dieux et en techniciens ! Pas un lieu où nous avons voulu dormir que nous n'avons barricadé, pas un champ que nous n'avons borné, pas un temple que nous n'avons chargé, pas une famille ni une ville que nous n'avons protégées. Nos portes sont partout, issues étroites ou portes monumentales.
    Des Magdaléniens d'Etiolles à la porte d'Ishtar à Babylone quelle folie nous a prise? Portiques grecs, arcs de triomphe romains, Jésus qui prêche aux portes, L'enfer qui s'en invente, notre imaginaire de la porte se construit petit à petit. On arme les châteaux de pont-levis et de symboles, on enclot les femmes et puis on fait des Entrées solennelles, on s'invente des étiquettes autant pour les hommes que pour les livres. On dresse partout des barrières jusqu'à inventer les frontières. La ville s'avance, la société se discipline, se numérote, s'invente des règles qu'elle affiche aux portes: prestige, convenances, mort, on peut tout lire à la porte de nos vies. Le folklore s'est emparé des seuils, a nourri nos croyances et nos étranges rites de passage. Nos semblables d'un ailleurs proche ou lointain n'ont pas fait moins : jnouns et serrures veillent en Afrique pendant qu'en Chine on calcule encore l'orientation des ouvertures et qu'à chaque porte se joue l'équilibre de l'univers entier. En Amazonie la porte est en soi alors qu'en Océanie elle est un long chemin d'alliance.
    La porte est pour chacun un bonheur et une inquiétude quotidiens tout simplement parce que, de tous nos objets du quotidien, elle représente un monde inépuisable de pensées.
    Pascal Dibie est Professeur d'Ethnologie à l'Université Paris Diderot-Paris 7 où il co-dirige le pôle des sciences de la ville. Il est l'auteur d'une ethnologie d'un village de Bourgogne effectuée à 30 années de distance qui fait référence : Le Village retrouvé, ethnologie de l'intérieur (Grasset, 1979) et Le village métamorphosé, révolution dans la France profonde (Plon, 2006).
    Il est également l'auteur de Ethnologie de la chambre à coucher traduit en 15 langues et vendu à 30 000 exemplaires (Grasset, 1987, reprise en Suite Métailié, 2000), La Tribu sacrée, ethnologie des prêtres (Grasset, 1993 reprise en Suite Métailié, 2004), et La Passion du regard, essai contre les sciences froides (Métailié,1998).

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Le village retrouvé

    Pascal Dibie

    Parution : 8 Novembre 1979 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    A la suite d'un séjour chez les Indiens Hopis d'Arizona, l'auteur découvre que toute observation est comparaison. Il est amené à s'interroger sur les raisons qui l'ont fait partir si loin. Il comprend alors que son véritable voyage est ailleurs : le voyage vertical qu'il n'a cessé de faire depuis son enfance dans son petit village de Bourgogne. Sans chercher à démêler l'inextricable tissu des secrets sacrés et des sacrés secrets qui lient entre eux les habitants du village et qui sont garants de l'existence de toute communauté dite humaine, Pascal Dibie réussit à travers ses joies, ses craintes et ses déviances, à fournir un document très précis du monde rural durant ces trente dernières années. De ce livre, on sort convaincu qu'il est temps que l'ethnologie s'intéresse enfin au monde moderne ; que, de la vache au tracteur, beaucoup de choses ont changé mais que le paysan n'est pas encore tout à fait un mécano, que le mécano est encore un peu paysan et que l'ethnologue n'est plus tout à fait un observateur.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Les découpeurs de monde

    Pascal Dibie

    Parution : 10 Janvier 1985 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Poussé par un irrésistible appel au voyage, Antoine saute dans le train pour se rendre à... Laroche-Migennes. Conduit par son ami le sculpteur Bessmérios, une sorte de navigateur en pleine terre, à travers l'univers presque irréel de cette gare fameuse pour ses attentes et son buffet, il rencontre Naïla, une fée de la "deuxième génération" peut-être échappée du Djebel Amour, qui hante la ligne du PLM. Avec elle il découvre Ouled Znad, un sage chamelier athée, qui fait paître son troupeau au bord de la nationale 6 et se dispute aimablement avec le boucher de la ville sur les façons de découper... Côtoyant Acasquette et Aberet, des tribus qui nous sont proches, le héros transforme ces vingt-quatre heures passées à Laroche-Migennes en une fable un peu baroque où chaque petit acte quotidien se réinscrit dans la très profonde histoire de l'humanité.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
  • La tribu sacrée ; ethnologie des prêtres

    Pascal Dibie

    Parution : 13 Octobre 1993 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Brossant une brève histoire de l'origine à nos jours, des prêtres catholiques, Pascal Dibie nous invite à suivre leur itinéraire sacré. Du décryptage de la vocation des bébés en passant par la stratégie du catéchisme, afin de débusquer "l'appel" jusqu'à l'entrée au séminaire, toutes les étapes sont décrites avec minutie. Vient alors le sacerdoce et l'apprentissage de ses mystères : voeux de chasteté, liturgie du geste, maintien, etc. Suivent les activités et les moeurs définies canoniquement : messes, confessions, prudence avec les confrères et les paroissiens, vie au presbytère, voyages, maladie et mort du prêtre sont autant de scènes décrites ethnologiquement. L'ouvrage se termine par une histoire du costume du clergé et une description du monde des prêtres aujourd'hui en France.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty