• Populisme ; les demeurés de l'Histoire

    Chantal Delsol

    Parution : 22 Janvier 2015 - Entrée pnb : 5 Janvier 2017

    Le « populisme »évoque un courant d'opinion fondé sur l'enracinement (la patrie, la famille) et jugeant que l'émancipation (mondialisation, ouverture) est allée trop loin. Si le « populisme » est d'abord une injure, c'est que ce courant d'opinion est aujourd'hui frappé d'ostracisme.Cet ouvrage a pour but de montrer sur quoi repose cet ostracisme, ses fondements et ses arguments. Et les liens entre le peuple et l'enracinement, entre les élites et l'émancipation.Il est normal qu'une démocratie lutte en permanence contre la démagogie, qui représente depuis l'origine sa tentation, son fléau mortifère. Mais une démocratie qui invente le concept de populisme, autrement dit, qui lutte par le crachat et l'insulte contre des opinions contraires, montre qu'elle manque à sa vocation de liberté. Le populisme est le sobriquet par lequel les démocraties perverties dissimulent vertueusement leur mépris pour le pluralisme.Chantal Delsol, professeur des universités, membre de l'Institut, auteur d'ouvrages de philosophie, d'essais et de romans, traduits en quinze langues, directeur de collection aux éditions du Cerf, éditorialiste au Figaro et à Valeurs Actuelles.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • La détresse de petit Pierre qui ne sait pas lire

    Chantal DELSOL

    Parution : 11 Août 2011 - Entrée pnb : 26 Mars 2014


    Ce texte propose une réflexion sur les déboires de l'Education nationale et sur les causes de son actuelle évolution. L'importance de l'égalité et comment, par un paradoxe des conséquences, l'idéal d'égalité produit l'inégalité et le mise au ban des études techniques.

    L'illettrisme, et l'échec scolaire en général, devrait nous interroger bien au-delà de nos préjugés. C'est un fait qui, plus de cent ans après Jules Ferry, met en cause notre système en profondeur. Pourquoi l'Education nationale fonctionne-t-elle si mal, en dépit de bataillons d'enseignants fervents ? Parce que la France vit d'un faux égalitarisme - qui produit les inégalités au marché noir -, parce que la planification ne mène nulle part, parce que nous croyons sottement que seuls les intellectuels sont intelligents, parce que le corporatisme qui a remplacé les idéologies n'a rien amélioré.
    La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire devrait sonner l'hallali de toutes nos idées reçues. Et nous engager dans la voie d'un libéralisme ordonné, de l'autonomie véritable des établissements, de l'université sélective et payante.
    Un plaidoyer pour le réalisme.
    Chantal Delsol, professeur des universités en philosophie et membre de l'Institut, est l'auteur d'ouvrages de philosophie, d'essais et de romans.

    30 prêts - 2190 jours
    30 streaming in-situ
    10 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'autorité

    Chantal Delsol

    Parution : 18 Janvier 2019 - Entrée pnb : 30 Décembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

    30 prêts - 3650 jours
    9999 streaming in-situ
    30 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'identité de l'Europe

    ,

    Parution : 17 Septembre 2015 - Entrée pnb : 14 Janvier 2016

    Si « l'utilisation de la notion d'identité commence par une critique de cette notion », notait Claude Lévi-Strauss dans son séminaire sur L'identité, il est indispensable, nuançait-il, de voir en elle le « foyer virtuel » qui rassemble les traits dominants d'une culture. L'Europe a ainsi constitué son identité mouvante à travers les siècles en intégrant rétrospectivement dans ce foyer les sources grecque, romaine et chrétienne ainsi que de multiples influences extérieures.
    Tel est son premier paradoxe : sa culture particulière s'est reconnue comme le foyer de la culture universelle en soumettant le monde à une investigation rationnelle et critique. Mais lorsque la critique retourne la raison contre elle-même, elle succombe à la tentation de désavouer sa propre culture. Tel est le second paradoxe de l'Europe : en doutant aujourd'hui de sa vocation à exprimer l'universel, elle se résigne à ce que Valéry appelait, dans Regards sur le monde actuel, « l'illusion perdue d'une culture européenne ».

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty