• De la superstition

    Plutarque

    Parution : 3 Mars 2010 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Dans ce petit traité, le Béotien Plutarque (46-125 après J.-C.) adopte un ton enflammé pour dénoncer la frayeur des superstitieux devant les dieux. Le mot grec pour « superstition », littéralement « crainte des daimônes », est un mal dont la Grèce souffre depuis longtemps, mais il a été pousséà son paroxysme par la propagation des cultes étrangers. En observateur amusé, Plutarque traque les « divagations » du comportement humain et témoigne de scènes aberrantes : un malheureux, assis par terre devant sa maison, tremble de se croire l'objet de la colère céleste ; un autre se roule tout nu dans la fange et confesse à haute voix des fautes imaginaires, etc. S'opposant violemment à Epicure, il dénonce à l'occasion avec virulence un mal encore plus grave à ses yeux : l'indifférence de l'athéisme, pour prôner la piété raisonnable et éclairée du philosophe. L'édition a étéétablie d'après le traité 14 de l'édition allemande de Teubner (1925), qui reprend elle-même le traité 21 des oeuvres de Plutarque compilées par le moine byzantin Maxime Planude (XIIIe siècle).

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty