• REVUE AGONE N.61 ; la raison en procès

    Revue Agone

    Parution : 22 Août 2018 - Entrée pnb : 2 Septembre 2018

    Une première tentative de reconstruire la raison, considérée comme base permettant de revendiquer l'égalité et de combattre l'injustice
    Dans beaucoup de milieux intellectuels, y compris à gauche et à l'extrême gauche, la raison est aujourd'hui traitée comme une ennemie. Instrument au service de l'État et du Capital, des polices, des bureaucraties et des technocraties, de la Science qui ne serait que technoscience, de l'Occident et de l'impérialisme, elle signifierait contrôle des corps et des esprits, exclusion et enfermement, écrasement des identités et des différences, ethnocentrisme et colonialisme, productivisme et destruction de la nature et de la Terre...
    Certes, la raison et l'universel ont servi de paravents à toutes sortes d'horreurs et d'oppressions. Mais les irrationalismes politiques et religieux en ont « justifié » bien d'autres. Et comment dénoncer l'injustice, revendiquer l'égalité et le respect des différences, comprendre la place de l'espèce humaine au milieu des autres et sur la Terre, sans s'appuyer sur la raison ? Pas une Raison supérieure, surplombante et totalisante, censée justifier l'ordre établi ou le cours de l'histoire. Mais la raison commune qui est en chacun, cette capacité de demander pourquoi et comment, de chercher ce qui est vrai et ce qui est mieux.
    Ce dossier veut ouvrir quelques pistes pour contribuer à l'immense projet de reconstruire la raison, notamment à travers une réévaluation critique de l'idée de « progrès » dans un dialogue avec Jacques Bouveresse, une analyse des modes de pensée irrationnels voire religieux dans l'extrême gauche française, une réflexion sur l'héritage des Lumières à partir de la dichotomie entre Lumières radicales et modérées mise en évidence par les travaux de Jonathan Israel, ou encore une confrontation avec le rationalisme mal connu de Hayek, aussi puissant philosophiquement que discutable dans ses principes et ses conséquences.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • REVUE AGONE N.62 ; patronat, syndicats ou salariés : qui servent les experts ?

    Revue Agone

    Parution : 22 Août 2018 - Entrée pnb : 24 Août 2018

    Les experts et les consultants sont désormais omniprésents dans le monde du travail. Leur rôle est notamment central dans l'immense opération dite de « réorganisation » ou de « restructuration » des entreprises. Consultants, conseils et avocats de tout poil sont au service des patrons dans leurs efforts pour tirer plus de profit des salariés qu'ils emploient. Mais on les trouve aussi aux côtés des représentants qui défendent les intérêts des personnels. Quelles sont les nouvelles formes de l'expertise au service des patrons ? Et quelles ressources les syndicats ont-ils réussi à construire dans ce domaine ? Comment se mènent les batailles d'experts ?
    Les textes rassemblés dans ce numéro font la lumière sur des enjeux décisifs mais trop souvent rendus illisibles, précisément parce qu'ils sont réservés aux experts. Ils montrent aussi que l'essor d'un vrai marché syndical de l'expertise ne se fait pas toujours au bénéfice des salariés. Et ils insistent enfin sur l'importance des formes autonomes d'expertise que les militants et les professionnels doivent construire et mobiliser eux-mêmes pour se défendre efficacement face aux restructurations.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • REVUE AGONE N.51 ; campagnes populaires ; campagnes bourgeoises

    Revue Agone

    Parution : 13 Mai 2016 - Entrée pnb : 15 Mai 2016

    « Quand vous portez un habit et que vous êtes sur un cheval, déjà vous ne voyez pas les choses de la même façon... Quand on est à cheval, on ne voit pas le chemin de la même façon, on ne voit pas la forêt de la même façon, on ne voit donc pas les gens de la même façon non plus. Et je pense qu'il faut être infiniment plus attentif et plus prudent quand on a justement et l'autorité et le cheval et le chapeau à plumes et la trompe et le machin... Vous voyez, je caricature un peu mais il faut faire beaucoup plus attention aux réactions des gens. Il faut pouvoir assumer une certaine légitimité. Et dans la chasse à courre, la légitimité, eh bien, c'est la culture, c'est l'éducation, c'est savoir sonner... » Jean Rives, maître d'équipage du Rallye du Rocher.
    Les représentations dominantes des espaces ruraux ignorent ses habitants au profit d'une esthétisation (une nature sans habitants) ou d'une stigmatisation (les ploucs). Vus des villes, ces espaces sont perçus comme des territoires essentiellement agricoles ou comme de simples lieux de détente pour vacanciers et résidents secondaires. Or les campagnes françaises se caractérisent d'abord par la présence massive de classes populaires, la proportion d'ouvriers augmentant à mesure que l'on s'éloigne des villes. Loin d'être des espaces pacifiés et unanimistes, les communes rurales et périurbaines connaissent des logiques de différenciation sociale et des conflits d'usage. A l'image des agriculteurs, groupe éclaté en différentes fractions, les campagnes sont traversées par des rapports de classe et des inégalités sociales. De la bourgeoisie agricole aux ouvriers ruraux, quels sont les groupes sociaux en présence et quelles relations entretiennent-ils ?

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • REVUE AGONE N.50 ; réprimer & domestiquer; stratégies patronales

    Revue Agone

    Parution : 10 Mai 2016 - Entrée pnb : 11 Mai 2016

    Ce numéro aborde les conditions de l'action collective en entreprise - de l'adhésion syndicale aux grèves - en plaçant la focale sur les dispositifs et stratégies patronales pour l'entraver et la canaliser. Si les sciences sociales se sont de nouveau penchées sur les mobilisations professionnelles et les conflits du travail depuis la fin des années 2000, les travaux sont souvent réduits à l'étude des transformations du syndicalisme lui-même (professionnalisation, stratégies de syndicalisation, etc.) et du contexte socio-économique dans lequel il opère. Les politiques patronales vis-à-vis de l'action des salariés, et en premier lieu des syndicalistes, restent un angle mort sociologique. À l'ombre des pratiques de « management » participatives et individualisantes qui font de l'entreprise un lieu aseptisé, il s'agira de montrer que celle-ci reste un lieu éminemment politique. C'est ce qu'illustreront les jeunes sociologues et politistes mais aussi les syndicalistes qui participent à ce numéro à partir d'enquêtes et d'observations au plus près des acteurs : de l'ethnographie des stages de formation des DRH et des supervisors en France et aux États-Unis à celle des relations et des proximités entre dirigeants syndicaux et patronaux d'une chaîne de la grande distribution, en passant par l'étude des usages du droit ou de l'histoire des répertoires de répression anti-ouvrière dans les années 1970. Décortiquer et analyser les politiques et stratégies patronales pour réprimer et/ ou domestiquer l'action syndicale et les luttes collectives, telle est l'ambition de ce numéro.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • REVUE AGONE N.52 ; la Chine et l'ordre du monde

    Revue Agone

    Parution : 18 Mai 2016 - Entrée pnb : 20 Mai 2016

    En Chine, la plupart des libéraux regardent les Chinois ordinaires avec bienveillance tant qu'ils contribuent au développement du marché en tant que consommateurs. Pour eux, le danger du nationalisme populaire est que les masses ne se contentent pas d'être trop critiques envers l'Ouest, mais qu'elles deviennent aussi trop mobilisées en tant que citoyens se détachant du rôle passif de consommateurs pour aller vers un rôle plus actif de militants. Ils craignent la participation populaire en rappelant toujours ses exemples négatifs, en voyant rarement le potentiel positif des mouvements sociaux comme condition de la démocratie. Ils ne croient qu'à la «porte ouverte» et au « système global ». La seule chose dont la Chine a besoin est d'entrer dans le « courant dominant » - c'est le terme qu'ils utilisent - et tout ira bien. Pour eux, l'intégration dans le système mondial est le seul chemin vers la démocratie.
    Ce numéro porte un regard sur la Chine vue de l'intérieur, débarrassé des écrans de l'orientalisme et de la fascination des performances économiques. Qu'il s'agisse de la question nationale, des mutations économiques et sociales ou de la vie artistique et intellectuelle, on y découvre des enjeux qui font échos à ceux auxquels nous sommes confrontés.

    20 prêts - durée illimitée
    20 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
empty